1976 : Une année faste pour le Québec

Journal Constructo 1976

Les faits saillants de 1976

  • La métropole voit trois hôtels s'ériger : Le Radisson Gouverneurs, Le Méridien et l'Hôtel du Parc, des investissements de plus de 150 millions $
  • Livraison des premières voitures MR-73 au métro de Montréal par Bombardier
  • Inauguration du pilotage automatique de la ligne 1 – la ligne verte – du métro de Montréal
  • Création de l'Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ), qui se voit confier le mandat de négocier les clauses de la convention collective de ses membres
  • On annonce la création d'un nouvel observatoire astronomique au mont Mégantic, un projet évalué à 4 millions $
Par Marie Gagnon

Montréal se retrouve sous les feux de la rampe alors que se déroule, devant une foule de 73 000 personnes, la cérémonie d’ouverture de la XXIe Olympiade. C’est la reine Élizabeth qui proclame, d’abord en français, les Jeux ouverts et donne le coup de départ aux 8 700 athlètes qui défilent sous les drapeaux de 94 nations.

Les installations, dont la dette s’élève à un milliard de dollars, suscitent la polémique. Deux mois plus tôt, le ministre des Finances Raymond Garneau annonce que Montréal en paiera 200 millions, la balance devant être épongée par une surtaxe sur le tabac qui assurera annuellement des rentrées de 90 millions $ dans les coffres de l’État.

 

Pour sa part, le secteur hôtelier connaît un boum avec la construction de trois nouveaux établissements. D’abord l’Hôtel du Parc, également connu sous le nom de La Cité, un complexe urbain conjuguant bureaux et hébergement construit au coût de 120 millions $. L’hôtel s’élève sur 16 étages et compte 445 chambres, tandis que les bureaux se répartissent sur 26 étages. L’ensemble se complète de trois grappes d’appartements totalisant 1 352 logements. Mis en chantier en 1974, il ouvre ses portes à temps pour les Jeux.

 

Pendant ce temps s’amorce la construction de l’hôtel Le Radisson Gouverneurs. Le bâtiment à ossature d’acier et de béton s’étire sur 30 étages et compte pas moins de 711 chambres entre les 5e et 28e étages. C’est également en 1976 que Le Méridien ouvre ses portes. Construit au coût de 32 millions $, il compte 12 étages. Formant la tour Ouest du Complexe Desjardins, il offre des espaces de bureaux en plus de proposer des services hôteliers. Son design porte le sceau de la firme La Haye-Ouellet, urbanistes-conseils.

 

On doit aux mêmes professionnels le choix du quadrilatère formé par les rues Jeanne-Mance, Sainte-Catherine, Saint-Urbain et le boulevard Dorchester (aujourd’hui René-Lévesque) pour l’implantation du Complexe Desjardins. Ce choix doit favoriser le développement d’un centre-ville élargi et améliorer la liaison entre l’est et l’ouest de la ville.

 

Le complexe, qui mettra quatre ans à se concrétiser, est réalisé en mode conceptionconstruction par Janin Construction. Le projet est ainsi fractionné en quelque 150 appels d’offres et l’on ne rapporte aucun incident sur le chantier où 12 000 travailleurs se succéderont. Fait à souligner : tous les sous-traitants sont québécois et les plans, devis et rapports sont tous rédigés en français, une première à l’époque.

 

L’année 1976 est également le théâtre du coup d’envoi de l’aménagement du complexe LG-3. D’une longueur de 4 kilomètres, l’ouvrage principal est constitué de deux barrages chevauchant une île qui divise la rivière en deux bras. Il se complète d’une série de 67 digues formant un réservoir d’une superficie de 2 420 kilomètres carrés.

 

Sur la Côte-Nord, on assiste à la fois à la mise en chantier de la cour de triage et du débarcadère de la Société du port ferroviaire de Baie-Comeau Haute-Rive (SOPOR), au début des travaux du prolongement de la route 138, qui reliera Tadoussac et Havre-Saint-Pierre, ainsi qu’à l’inauguration du Musée de Sept-Îles et de Manic-3. À Sainte-Foy, la Mutuelle d’assurance- vie lance la construction d’un édifice de six étages qui offrira près de 800 000 pieds carrés de bureaux. La facture est de 55 millions $.

 

Alors que l’Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ) se voit confier le rôle d’agent négociateur unique, une entente de principe portant sur les bureaux de placement et donnant la priorité d’emploi aux travailleurs permanents met fin à un débrayage de deux mois. Autres faits dignes de mention : le Canadien arrache la Coupe Stanley aux Flyers, le Canada abolit la peine de mort et le Parti québécois remporte ses premières élections avec 71 députés.

Cet article est paru dans l’édition du vendredi 10 mai 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !