1983 : Signes de renouveau

Journal Constructo 1983

Les faits saillants de 1983

  • Création du Fonds de solidarité FTQ
  • Fermeture de la raffinerie Esso de Montréal-Est
  • Mise en service de la centrale nucléaire Gentilly-2
  • Construction de l'usine d’hydrocraquage de démonstration Canmet
  • Amorce du développement portuaire de Pointe-Noire
Par Marie Gagnon

Printemps 1983. Le Québec entier retient son souffle. La pétrolière Esso vient tout juste d’annoncer la fermeture de sa raffinerie de Montréal-Est, prévue pour la fin de l’année. La morosité qui plane sur l’économie québécoise semble ne pas vouloir se dissiper.

Le gouvernement de René Lévesque, qui en est à

son deuxième mandat, injecte quelque 700 millions dans la relance économique. Vers la fin de l’année, le gouvernement présentera un autre plan de relance. Parmi les mesures proposées, on prévoit la prolongation du programme Corvée-Habitation jusqu’en juillet de l’année suivante. Entretemps, Pétro-Canada confirme son intention d’investir 35 millions dans le projet Canmet, une usine d’hydrocraquage de démonstration qui serait érigée près de l’ancienne raffinerie de Pétrofina, à Pointe-aux-Trembles. La construction, qui s’amorcera à l’été, s’échelonnera sur deux ans.

 

Le secteur privé n’est pas en reste dans cette embellie. Signe que l’économie redémarre : en début d’année, le géant de l’aluminium Alcan dévoile son projet de construction d’une usine de câblerie-tréfilerie à Shawinigan. Le projet, qui représente un investissement de 20 millions $, est relancé après un report d’une dizaine de mois en raison du climat économique et d’un ralentissement des marchés.

 

Dans l’est de Montréal, c’est maintenant au tour du complexe résidentiel Janville de se mettre en branle. Ce projet, qui sortira de terre coin Sherbrooke et du Tricentenaire, représente des investissements de 100 millions $ au cours des six années qui suivront. Ses promoteurs prévoient à terme la construction de 2 000 logements, dont 300 habitations unifamiliales en cours d’année.

 

Après l’annonce de la création de Canmet, le gouvernement fédéral promet la somme de 40 millions $ dans le développement portuaire de Pointe-Noire, en Basse-Côte-Nord. Cet investissement servira à relocaliser le quai de marchandises en vrac Monseigneur- Blanche de la rue Arnaud au nouveau site de Pointe-Noire. Pour sa part, le gouvernement du Québec s’engage à réaliser les travaux d’infrastructures reliés au projet, dont les coûts avoisinent les 20 millions $.

 

Une autre bonne nouvelle arrive d’Ottawa, alors que le gouvernement fédéral annonce la construction d’un pénitencier à sécurité maximale à Sainte-Anne-des-Plaines. Le nouveau centre de détention, qui représente un investissement de 12 millions $, sera construit en annexe au Centre régional de réception. Sa livraison est prévue pour le mois de mai suivant.

 

C’est également au cours de l’année 1983 que sera mise en service la centrale nucléaire Gentilly-2, dont l’implantation alimente les débats sur l’échiquier socio-économique. La centrale, située à Bécancour sur la rive sud du Saint-Laurent, fait appel à la technologie CANDU et possède une puissance brute de 675 mégawatts. Elle sera exploitée commercialement jusqu’en décembre 2012, en vue de son déclassement et de son éventuel démantèlement.

 

Alors qu’entrent en vigueur de nouvelles mesures d’économie d’énergie dans les bâtiments, la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) annonce la création d’un fonds destiné à venir en aide aux entreprises afin d’atténuer les effets de la crise économique. Selon le président de la FTQ, Louis Laberge, ce fonds compte injecter 200 millions en trois ans et contribuer à la création de 45 000 emplois.

 

Peu après, une autre institution voit le jour : le Centre patronal de santé et de sécurité du travail du Québec (CPSSTQ). Cet organisme est créé à la suite de l’adoption en 1979 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail. Il a pour objectif de former et d’informer le monde patronal, pris de court par les nouvelles obligations prévues par la loi. Plus tard au printemps, Serge Savard devient le nouveau directeur général des Canadiens de Montréal.

Cet article est paru dans l’édition du vendredi 21 juin 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !