1986 : Coupe et compressions

Journal Constructo 1986

Les faits saillants de 1986

  • Annonce de la construction de l'usine Norsk Hydro à Bécancour, évaluée à 400 M$
  • Les Canadiens de Montréal remportent la coupe Stanley. Les célébrations des fans tournent à l'émeute au centre-ville de Montréal
  • L'été est marqué par un conflit syndical impliquant 105 000 travailleurs de la construction
  • Création de la Cité de la mode sur les rues Meilleur, Chabanel et Saint-Laurent par la Commission d'initiative et de développement économique de Montréal
Par Patricia Gagnon

Vingt-quatre mai 1986. Les amateurs de hockey crient victoire! Le Canadien de Montréal remporte la 23e Coupe Stanley de son histoire. Grâce au brio de son jeune gardien de 19 ans, Patrick Roy, l’équipe de l’entraîneur Jean Perron, enlève la série contre les Flames de Calgary en quatre matchs.

Montréal exulte, la ville est en liesse, la population envahit les rues. Mais la joie est de courte durée : la fête vire en émeute et cause un million de dollars de dégâts au centre-ville de Montréal.

 

Pendant ce temps, à Québec, les coffres de l’État sont vides. Le gouffre financier atteint 59 milliards $. Afin de joindre les deux bouts, le président du Conseil du Trésor, Paul Gobeil annonce des compressions budgétaires d’un milliard de dollars. Plusieurs projets gouvernementaux sont mis sur la glace, le temps que les finances publiques s’assainissent. Malgré les compressions, le ministre de l’Éducation, Claude Ryan, va de l’avant et remplace les anciens programmes d’études professionnelles par le certificat d’études professionnelles (CEP) et le diplôme d’études professionnelles (DEP). L’objectif de cette réforme : instaurer des programmes mieux adaptés aux besoins du marché du travail et revaloriser l’enseignement professionnel auprès des jeunes, qui boudent ce secteur, pourtant très prometteur.

 

Cela dit, les investissements continuent de se multiplier dans le secteur privé énergisé par la vigueur de l’économie québécoise. Norsk Hydro lance le bal et annonce la construction d’une usine de 400 millions $ à Bécancour. À LaSalle, dans la région métropolitaine, Kruger amorce la construction d’une nouvelle usine. Grâce à cet investissement de 25 millions $, l’entreprise espère doubler la production de boîtes en carton ondulé et informatiser l’ensemble de sa production tout en maintenant les 125 emplois déjà en place.

 

De son côté, la Commission d’initiative et de développement économique de Montréal (CIDEM) crée la Cité de la mode. Établie dans le secteur de la rue Chabanel, dans le nord de la ville, la Cité regroupe les grands noms de l’industrie québécoise de la mode, un secteur qui génère 125 000 emplois directs et indirects. Les deux tiers de ces emplois se retrouvent à Montréal, soit 16,9 % de la main-d’oeuvre montréalaise. Toujours à Montréal, le Palais de la civilisation ouvre ses portes. Situé sur l’île Notre-Dame, dans l’ancien pavillon de la France d’Expo 67, on y présente, au fil des ans plusieurs expositions d’envergure internationale. Le Palais de la civilisation cèdera sa place au Casino de Montréal au début des années 1990.

 

En juin, le père de l’Expo, Jean Drapeau, annonce qu’il quitte la vie politique après 29 ans de règne à la mairie de Montréal. Au même moment, une grève générale illimitée paralyse tous les chantiers de la province. Les syndicats revendiquent la réduction de la semaine de travail à 36 heures et la bonification des régimes de retraite. Les parties patronales et syndicales parviennent finalement à une entente, à la fin de l’été, sous la menace d’une loi spéciale.

 

L’année se termine, enfin, par un grand rassemblement organisé par les trois grandes centrales syndicales. Les manifestants, rassemblés devant les bureaux du premier ministre Bourassa, à Montréal, dénoncent le projet d’abolition du régime de placement dans le secteur de la construction, la lenteur des négociations dans les secteurs public et parapublic et la politique linguistique. C’est d’ailleurs en réaction aux nombreux accrocs à la loi 101 en matière d’affichage commercial que la Société Saint-Jean-Baptiste, appuyée par le Mouvement national des Québécois, lance l’opération Québec français sous le thème Ne touchez pas à la loi 101.

Cet article est paru dans l’édition du vendredi 12 juillet 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !