2012 : Carrés rouges et Plan Nord

Journal Constructo 2012

Les faits saillants de 2012

  • Grève étudiante pour contrer la hausse des frais de scolarité
  • Le Plan Nord suscite beaucoup d'intérêt dans le milieu des affaires
  • Phase 1 du développement des Bassins du Havre, à Montréal
  • Fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2
  • Amorce du chantier du campus Outremont de l'Université de Montréal
Par Patricia Gagnon

Printemps 2012. Pendant que des centaines de milliers de « carrés rouges » jouent de la casserole aux quatre coins de la province, le premier ministre Jean Charest poursuit sa croisade en faveur du Plan Nord. 

Et ses efforts portent leurs fruits : la région profite d’un nouvel essor et plusieurs chantiers voient le jour à commencer par celui de la route 167 qui sera prolongée de 242 kilomètres. Ce nouveau tronçon de 300 millions $, qui doit relier l’extrémité actuelle de la route, située à environ 200 kilomètres au nord de Chibougamau, aux monts Otish, donnera accès au projet Renard de la minière Stornoway.

 

C’est ensuite au tour de Fortress Global Cellulose d’investir 232 millions $ afin de relancer son usine de pâte et papier de Lebel-sur-Quévillon alors que Tembec injecte 310 millions $ à son établissement de Témiscamingue. L’industrie minière a également le vent dans les voiles en Abitibi où Québec Lithium prévoit investir 250 millions $ dans l’exploitation d’un gisement de minerai de lithium et la construction d’une usine de transformation à Val-d’Or.

 

Ce projet renforcerait la présence québécoise dans l’industrie de la fabrication de batteries au lithium, un secteur prometteur en raison de l’explosion des prix du pétrole et de la popularité croissante des véhicules électriques. Ailleurs au Québec, plusieurs projets passent aussi en mode réalisation, signe d’une vigueur économique qui ne se dément pas.

 

C’est le cas dans la région de la Vieille Capitale où Hydro-Québec amorce la construction d’un poste de transformation de 230-25 kilovolts (kV) et de deux lignes à 230 kV à Charlesbourg. Ces nouveaux équipements, évalués à 81 millions $, remplaceront ceux du poste de L’Épinay construit en 1977. On assiste également, à Rimouski, à l’inauguration du premier module du centre de données Telus construit au coût de 65 millions $ et certifié LEED Or.

 

Pendant ce temps, le boum immobilier poursuit sur sa lancée, surtout à Montréal où des dizaines de tours de copropriétés sortent de terre. Parmi celles-ci, la phase 1 des Bassins du Havre située à Griffintown, près du canal de Lachine. L’aspect le plus remarquable de ce gigantesque complexe de 1 800 unités, estimé à 1 milliard $, est la reconstitution, au pied des tours, des bassins creusés dans les années 1870 qui servaient, à l’époque, à la navigation commerciale.

 

À quelques encablures de là, sur la Pointe- Nord de l’île des Soeurs, l’Evolo 2 grandit aussi à vue d’oeil. Au terme des travaux, prévus pour juillet 2014, la tour de 30 étages s’harmonisera à sa voisine, l’Evolo 1. Les deux tours, surnommées « frère et soeur », abriteront alors plus de 250 unités chacune. De son côté, l’Université de Montréal donne le coup d’envoi de la décontamination des terrains du futur Campus Outremont qui logera sur le site de l’ancienne gare de triage du CN. Les deux premiers bâtiments, une bibliothèque et un pavillon des sciences, devraient accueillir leurs premiers carabins dès 2017.

 

C’est aussi en 2012 que Pauline Marois met fin à neuf ans de règne libéral et devient, le 4 septembre, la première femme première ministre du Québec. L’ex-premier ministre Jean Charest, défait dans sa circonscription de Sherbrooke, quitte la vie politique quelques jours plus tard tandis que les audiences de la Commission Charbonneau, chargée d’enquêter sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction, monopolisent l’attention médiatique. Puis, on assiste coup sur coup, en novembre, à la démission du maire de Montréal, Gérald Tremblay, et du maire de Laval, Gilles Vaillancourt, tous deux éclaboussés par des allégations de corruption.

 

Enfin, la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2, le 29 décembre, vient clore l’année ainsi qu’un demi-siècle faste pour l’industrie de la construction… et pour le journal Constructo qui célèbrera ses 50 ans en 2013 !

Cet article est paru dans l’édition du jeudi 19 décembre 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !