Deux projets en un pour Nemaska Lithium

16 octobre 2018
Par Marie Gagnon
Deux projets en un pour Nemaska Lithium

Après avoir démontré la viabilité de son procédé, Nemaska Lithium entre de plain-pied dans la phase de commercialisation avec l’aménagement de ses installations de production à Shawinigan, sur le site de l’ancienne papetière Laurentide de Résolu.

Le projet d’une valeur de 1,1 milliard de dollars comprend aussi la construction d’une mine à Whabouchi, sur le territoire de la Baie-James.

 

Cet investissement colossal permettra à Nemaska Lithium de générer annuellement autour de 213 000 tonnes de concentré de spodumène de lithium. Cette production sera acheminée à l’usine de Shawinigan, où elle servira à fabriquer 33 000 tonnes d’hydroxyde de lithium et de carbonate de lithium, deux importants composés des batteries au lithium-ion qui équipent les voitures électriques.

 

« Les deux dernières années ont servi à prouver la solidité du procédé dans des installations à échelle réduite, soit un miniconcentrateur DMS à la mine Whabouchi et une usine de démonstration à Shawinigan, indique Fanny-Ève Tapp, consultante en communication pour Nemaska Lithium. La construction des installations commerciales représente à elle seule un investissement de 800 millions. »

 

Au site de Whabouchi, cinq bâtiments sont présentement en construction, à savoir le garage, la trieuse, le concentrateur, le bâtiment administratif ainsi que les concasseurs primaire et secondaire. Ces bâtiments industriels, qui totaliseront environ 48 000 pieds carrés de superficie au sol, seront constitués de panneaux préfabriqués isolés en acier. Ils reposeront sur des fondations de béton coulées sur place, sauf pour le concentrateur où les fondations intérieures seront préfabriquées. Ils seront éclairés par DEL et chauffés au propane.

 

Le site de Shawinigan regroupera pour sa part six bâtiments, en incluant l’usine commerciale qui jouxtera l’usine de démonstration, pour une aire au sol totale de 180 000 pieds carrés. L’usine comptera de deux à trois niveaux selon les zones, en plus d’une mezzanine. Le site hébergera également un calcinateur de 220 pieds de hauteur, un concasseur, un centre administratif et un dôme de déchargement pour le spodumène, sans oublier un complexe de roulottes administratives.

 

« Le bâtiment de l’usine commerciale existe déjà, il sera simplement réhabilité afin de répondre aux besoins des équipements de production, note Fanny-Ève Tapp. Il s’agit principalement de modifi cations aux planchers de béton et aux structures d’acier intérieures. » Tout comme à Whabouchi, les nouveaux bâtiments industriels seront construits au moyen de panneaux préfabriqués en acier et reposeront sur des fondations supportées par des pieux en raison de la faible portance des sols.

 

Travaux sur le site de Whabouchi, sur le territoire de la Baie-James – Photo de Nemaska Lithium

 

Deux projets en un

Bien que le projet semble banal à première vue, il n’en comporte pas moins plusieurs défi s. « Le projet de Nemaska Lithium représente en réalité deux projets en un, soit la construction d’une usine électrochimique à Shawinigan et la construction d’une mine et d’installations de traitement du minerai sur le territoire de la Baie-James, qu’il faut mener de front », rappelle Yves Painchaud, directeur de projet en construction pour la société.

 

À Whabouchi notamment, l’échéancier, la disponibilité de la main-d’oeuvre et l’éloignement du site complexifient la mise en oeuvre du projet. Tous les équipements et matériaux sont en effet expédiés à partir de Chibougamau ou de Matagami et transitent par la route du Nord, la seule voie qui donne accès au site. Les conditions hivernales imposent en plus une gestion pointue des séquences de construction afin de respecter l’échéancier et de minimiser les coûts.

 

La réhabilitation du site de l’ancienne usine de Résolu comporte également sa part de défi s. Les bâtiments ayant été conçus initialement pour abriter des machines à papier, ils doivent maintenant être convertis pour accueillir les équipements du procédé électrochimique. Cela suppose des modifications importantes aux fondations, dont la pose de pieux à l’intérieur du bâtiment, une étape que complique la hauteur restreinte entre les planchers.

 

Malgré ces contraintes, le chantier progresse comme prévu. À Whabouchi, la majorité des travaux civils ont été effectués. « Nous sommes à fi naliser la préparation du site, à dynamiter certains secteurs et à couler les bases de béton qui accueilleront les équipements majeurs », mentionne Yves Painchaud, en précisant que la construction de la mine sera complétée au deuxième semestre de 2019.

 

Parallèlement, la préparation du terrain et du bâtiment commercial se poursuit à Shawinigan. La démolition des anciennes dalles de béton est pratiquement terminée et le remblai des excavations débutera sous peu. Le fonçage des pieux, qui vient de commencer, doit se poursuivre jusqu’au début de l’année 2019.

 

Quant au bâtiment administratif de 16 000 pieds carrés, il devrait être complété pour janvier prochain. Les installations de production seront pour leur part livrées au deuxième semestre de 2020. Pour mener à bien ce projet hors normes, Nemaska Lithium s’est adjoint les services de Bilodeau & Baril Architectes (bâtiment administratif), de Nardella (budget et échéancier), de DRA Met-Chem (mine et concentrateur), de SNC-Lavalin (disposition des résidus et rejets miniers) et de Hatch Engineering (conception technique de l’usine).

 

Cet article est paru dans l’édition du 2 octobre 2018 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous.

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.