Le site Outremont est sur ses rails

29 mai 2012
Par François G. Cellier
Le site Outremont est sur ses rails

Projet d’envergure dont les bases ont été jetées en 2006, les travaux sur le site Outremont, qui consistent à la construction d’un campus universitaire et l’aménagement d’espaces verts, s'enclenchent.  Ancienne gare de triage acquise par l’Université de Montréal (UdeM), il y a six ans, le terrain couvre une superficie de 185 000 mètres carrés. Ce mégaprojet, qui s’échelonnera de 2012 à 2020, vise une certification LEED-ND (Neighborhood Development). Les travaux impliquent trois joueurs : la Ville de Montréal, le Canadien Pacifique et l’UdeM.

 

Réhabilitation environnementale des sols

Entre 2012 et 2014, l’UdeM gérera quatre lots. Le premier vise la réhabilitation environnementale des sols. Elle a été entreprise le 30 avril et se terminera au printemps 2013. Genivar et Excavation Loiselle & Frères en ont la responsabilité. Le remblai historique contient 26 000 mètres cubes de mâchefer et de cendres, car les anciennes locomotives fonctionnaient au charbon. « Pendant les travaux d’excavation, une bonne partie de la terre recueillie sera réutilisée ailleurs sur le site, afin de permettre l’inversion d’une pente. Cette opération permettra d’y aménager un mur de talus, ainsi que des bassins de rétention d’eau souterrains », indique Robert Couvrette, directeur général à la Direction des immeubles de l’UdeM.

 

Le mur de talus fait partie du lot 3, qui est programmé en 2014. Le sol comporte aussi 95 000 mètres cubes  de matières résiduelles et 2 500 mètres cubes d’hydrocarbures pétroliers, lesquels disparaîtront complètement. Depuis 1989, quelque 15 études ont été réalisées sur le site, dont 400 forages et autant d’échantillonnages. Une évaluation des risques a été menée avant la réutilisation des sols.

 

En ce qui a trait à ceux contenant du mâchefer et des cendres, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) a conclu qu’ils étaient sans danger pour la santé humaine, la faune, la flore et la nappe phréatique. « Cette récupération de terre limitera le camionnage et pourrait permettre l’obtention de points LEED », explique Robert Couvrette.

 

Une démarche de transport actif

Par ailleurs, l’UdeM construira un tunnel piétonnier reliant le campus à la station de métro Acadie. Il prendra forme pendant les travaux du lot 2, en 2013, et devrait lui aussi permettre d’aller chercher des points LEED, car il s’inscrit dans une démarche de transport actif. De son côté, la Ville de Montréal mettra en place un viaduc au cours de la même année. Cela permettra au Canadien Pacifique, en 2014, de dévier un chemin de fer situé au sud du terrain, lequel ira en rejoindre un autre au nord. Cette opération permettra un désenclavement du site.

 

L’UdeM créera également des aménagements paysagers temporaires (lot 4), tandis que Montréal procédera à l’installation d’aqueducs, d’égouts et d’infrastructures électriques dès 2015. La construction de rues et de trottoirs suivra. Une avenue centrale traversera le site d’est en ouest, et les rues avoisinantes du secteur Outremont se prolongeront jusqu’au campus.

 

Précisons que les deux premiers pavillons (sciences et services), qui requièrent des investissements de 350 millions $, prendront forme entre 2015 et 2017. Le site comptera 400 places de stationnement souterrain bien que Montréal en autorisait 1 500. « Nous souhaitons limiter la circulation automobile et favoriser d’autres moyens de transport, dont le métro, le vélo et la marche », explique Robert Couvrette.

 

L’endroit offrira 15 000 mètres carrés de végétation, dont une esplanade constituée d’arbres en guise de parvis du campus. Plusieurs terrains vacants seront conformes aux normes environnementales québécoises. « Ils pourront être prêtés, pendant quelques années, à un organisme communautaire qui souhaite en faire une pouponnière d'arbres », précise Robert Couvrette.  Réhabiliter la friche industrielle du site coûtera 120 millions $. Exp assumera le génie civil des lots 1 à 4 et en supervisera les opérations.

 


Cet article est paru dans l’édition du mardi 8 mai 2012 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sondage

Dans quelle région prévoyez-vous œuvrer le plus au cours des prochaines années?:

Partenaires

La Garantie Abritat  Régie du bâtiment  3rmcdq  Incursion Voyages

Nos publications

Nos publications