Deux histoires de relève familiale réussie

14 décembre 2018
Johanne Guertin et Isabelle Tremblay - Les ELLEs de la construction

Le 16 novembre dernier, les Elles de la construction organisaient un petit-déjeuner conférence dont le thème portait sur la relève d’entreprise. Deux femmes qui ont réussi ce défi ont été invitées pour faire partager leur expérience. Il s’agit de Johanne Guertin, présidente de Constructions Bâtiments Québec, et Isabelle Tremblay, associée et directrice administrative chez Les Constructions Tremco.

Johanne Guertin rêvait de devenir interprète à l’ONU. Après des études en langues modernes, elle a travaillé quelques années dans le domaine de la traduction. Puis, après avoir abandonné cette carrière, elle décide de donner un coup de main à son père, entrepreneur en construction. Elle obtient un baccalauréat par cumul en administration tout en prenant en charge l’administration de l’entreprise.

 

Prendre la relève mais avec des conditions

Neuf ans plus tard, le conjoint de Johanne Guertin a saisi l’opportunité d’aller travailler à l’étranger. Elle et sa famille quittent donc le Québec pour treize ans. Durant toute cette période, son père la tenait informée de l’évolution de l’entreprise. Puis, un jour, il lui fait la demande de revenir au pays et de prendre sa relève avec son frère et sa sœur, déjà actifs dans l’entreprise.

 

Johanne Guertin accède alors à la demande de son père, mais lui fixe trois conditions : qu’il demeure à ses côtés pendant encore cinq ans, que son frère et sa sœur restent dans l’entreprise, et finalement qu’ils mettent sur pied une nouvelle entreprise. Son arrivée dans l’organisation a représenté le moment pour en revoir la structure et évaluer si toutes les personnes clés se trouvaient à la bonne place. Cette démarche ne s’est cependant pas faite toute seule. « À l’aide d’un coach, dans tout ce processus, nous avons appris à connaître nos forces et nos intérêts tout en maintenant la plus grande transparence et de très bonnes communications entre nous », affirme Johanne Guertin. Les services d’un coach ont donc été grandement utiles dans le processus de transition de l’entreprise.

 

Au bout de cette démarche, Johanne est devenue présidente responsable de la gestion et du financement de l’entreprise, tandis que son frère Francis a été nommé vice-président. Elle croit que Constructions Bâtiments Québec a pu reprendre son envol parce que chacun est à sa place dans l’organisation.

 

« Je devais ça à mon père »

En guise de conclusion, nous avons demandé à Johanne Guertin pourquoi avoir accepté de prendre la relève de son père. Cette dernière croit profondément qu’elle lui devait ça. Le fondateur a tellement investi dans cette entreprise qu’elle ne se sentait pas capable de faire bande à part du reste de la famille.

 

Constructions Bâtiments Québec est aujourd’hui une importante entreprise spécialisée en construction commerciale, industrielle, institutionnelle, publique et parapublique, située à Saint-Mathieu-de-Beloeil sur la rive sud de Montréal.

 

Une autre histoire de relève

Enseignante, Isabelle Tremblay décide de prendre sa retraite à 23 ans! Elle devient directrice d’une CPE durant quelques années. C’est durant un congé de maladie qu’une amie, entrepreneure en construction, lui demande de lui donner un coup de main. Elle l’aide pendant trois ans. Elle aime la construction pour son côté dynamique et concret. Isabelle ne remerciera jamais assez son amie qui lui a tout montré.

 

L’importance de surmonter nos peurs et nos doutes

Le frère d’Isabelle Tremblay, Jean-François, charpentier-menuisier de métier, possède déjà son entreprise en construction spécialisée en commercial. Après l’arrivée de son troisième enfant, il demande à sa sœur Isabelle de venir lui prêter main-forte. Cette dernière accepte, mais en même temps son intégration dans l’entreprise l’inquiète et la confronte avec elle-même. Elle a toujours cru que, contrairement à son frère, elle n’avait pas la fibre entrepreneuriale, ce qui la faisait hésiter à s’associer avec lui. De plus, elle craignait par-dessus tout être confrontée à des conflits familiaux qui pourraient survenir.

 

Elle accepte malgré tout de se joindre à l’équipe. En 2012, l’industrie de la construction connait un creux. Son frère et elle doivent faire un choix : opter pour l’expansion ou diminuer la taille de l’entreprise. Puis, comme rien n’arrive pour rien, un bon ami de Jean-François, travaillant en maçonnerie, rêve de fonder sa propre entreprise. Jean-François lui offre de réaliser son rêve en fusionnant leur expertise respective, soit la menuiserie et la maçonnerie, pour fonder une entreprise spécialisée en réfection d’enveloppe du bâtiment. Une équipe de direction formée de cinq personnes est alors créée et  Isabelle Tremblay devient responsable du volet administratif.

 

Le choc d’un départ

Puis, il y a trois ans, une décision vient changer le cours de l’histoire de Constructions Tremco : le frère d’Isabelle Tremblay annonce à son équipe de direction qu’il désire quitter son travail. Il a d’autres projets en tête et aimerait vendre ses actions aux personnes clés de l’entreprise. C’est le choc pour tous et le moment de se repositionner.

 

Dans le but de mieux préparer l’équipe de direction à cette transition, le frère d’Isabelle décide d’organiser une activité de consolidation d’équipe : une randonnée au mont Lafayette, dans le New Hampshire. Cette activité va changer à jamais le parcours d’Isabelle Tremblay. Elle affirme avoir beaucoup appris de cette expérience physique : solidarité, aide, esprit d’équipe, motivation, etc. Son frère, qui avait méticuleusement préparé cette activité, a demandé aux participants de réfléchir à l’endroit où ils avaient envie d’être dans 10 ans.

 

Pour qu’il y ait un gain, il faut qu’il y ait une perte

Isabelle Tremblay a réalisé avec le temps que la fibre entrepreneuriale a toujours existé en elle, mais elle avait de la difficulté à l’assumer. Elle croyait, à tort, que d’avoir son entreprise engendrait un stress.  Elle réalise aujourd’hui que l’actionnariat ne change rien. Cette activité a été un exercice d’introspection pour toute l’équipe. Jean-François Tremblay a maintenant tiré sa révérence après une décision longuement réfléchie. Le fait que sa sœur reste dans l’entreprise a pesé lourd dans cette décision difficile. « Mon frère était conscient que pour que je prenne la place qui me revenait, il fallait qu’il quitte l’entreprise. Pour qu’il y ait un gain, il fallait qu’il y ait une perte », affirme Isabelle Tremblay.

 

Les Constructions Tremco  est une entreprise spécialisée en commercial qui atteint aujourd’hui un chiffre d’affaire de 5 millions de dollars et embauche 45 employés.

 

Et la prochaine génération?

Le neveu de Johanne Guertin travaille déjà dans l’entreprise, tandis que sa fille vit au Vermont et détient un baccalauréat en administration des affaires. Bien entendu, Johanne souhaiterait que l’entreprise passe à la troisième génération. Sans lui mettre de pression, elle voudrait avoir la même influence sur sa fille que celle qu’a eue son père sur elle!

 

Quant à Isabelle Tremblay, la relève se fait autrement. Par exemple, quand on détecte qu’un contremaître a du potentiel, on lui donne plus de responsabilités. La relève passe donc par les employés clés de l’entreprise.

 

Les conseils pour réussir sa relève

Pour avoir vécu l’expérience d’une passation de pouvoir, voici les conseils que mesdames Guertin et Tremblay ont à donner :

  • Savoir bien s’entourer de professionnels qui ont la même vision que vous (avocat, notaire, coach, fiscaliste, etc.).
  • S’entourer d’un mentor qui vous transmettra ses connaissances et vous fournira l’aide requise lorsque vous en aurez besoin.
  • Bien choisir les membres de l’équipe de gestion. L’équipe, c’est comme un contrat de mariage, il faut partager les mêmes valeurs et avoir les mêmes objectifs.
  • Essayez de vous entourer de personnes qui ont des forces différentes des vôtres.
  • Bien définir les responsabilités de chacun des associés en ayant une description de tâches claires.
  • Pour entretenir de bonnes relations entre les associés, tenir des rencontres régulières. Ceci permet de dénouer rapidement des problèmes.
  • Soyez heureux au travail : votre attitude se répercute sur vos employés.

 

Âgé de 78 ans, le père de Johanne Guertin, bien qu’ayant laissé les rênes de l’entreprise à ses enfants, y est encore présent. Johanne affirme que sa présence est très sécurisante pour l’équipe. Quant au frère d’Isabelle Tremblay, il agit toujours à titre de coach auprès des gestionnaires. Ces derniers ont cédé leur entreprise avec la fierté d’avoir réussi la transition avec succès.

 

https://batimentsquebec.ca/

http://constructionstremco.com/

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Fondée en 2010, Les Elles de la construction est un organisme sans but lucratif dont la mission est de promouvoir la place des femmes dans le secteur de la construction, et ce, à différents niveaux : entrepreneures, chargées de projet, femmes de métier, professionnelles et étudiantes.

Les Elles de la construction

Derniers commentaires

Le passage de Stéphanie Lévesque du chantier aux médias
L’image de votre entreprise est-elle rentable?
L’image de votre entreprise est-elle rentable?
La passion et la rigueur pour les femmes chez Pomerleau
Petits ou gros chantiers, les responsabilités demeurent les mê...
Korine Hazan : une artiste aux multiples passions
La réussite en affaires, conjuguée au féminin
Le beau temps s’en vient… Attention aux coups de chaleur !