L’ère du jetable est-elle révolue ?

19 septembre 2018
Jean-François Paré-Zagrodnik
L’ère du jetable est-elle révolue ?

Ayant maintenant accès de façon instantanée aux informations concernant les nouvelles technologies, nous sommes de plus en plus conscientisés au développement durable qui touche plusieurs aspects de notre quotidien. 

Que ce soit sur le plan personnel ou professionnel, la diminution des déchets et la diminution des gaz à effet de serre, pour ne nommer que ceux-ci, nous concernent tous. Plusieurs initiatives font leur apparition afin d’emboîter le pas vers un avenir plus « vert » ; compost, récupération des eaux pluviales, recyclage, utilisation des produits usagés plutôt que neufs, etc. Nous tentons de trouver des nouvelles solutions pour améliorer le sort de notre planète que nous avons trop longtemps mal traitée.

 

C’est d’ailleurs le cas dans le domaine de la toiture où nous vivons actuellement un problème important d’accumulation de débris. Une fois que la toiture arrive à la fin de sa vie active et doit être réparée, restaurée ou totalement changée, les matériaux enlevés se retrouvent la plupart du temps au dépotoir.

 

Afin de dresser un portrait de cette situation plutôt alarmante, voici deux statistiques marquantes :

  • En 2015 aux États-Unis, les débris de construction et démolition générés représentaient 548 000 000 tonnes, soit plus de deux fois la quantité de déchets solides municipaux répertoriés. C’est l’équivalent de 43 840 000 autobus scolaires en volume !
  • En 2008 au Québec, le secteur de la construction, incluant la démolition, est responsable d’environ 40 % de la quantité totale de matières résiduelles

 

Heureusement, des mesures sont actuellement mises en place par les différents gouvernements et municipalités afin d’effectuer une meilleure gestion des rebuts. Maintenant, c’est à nous citoyens ou corporations de faire notre effort !

 

Pourquoi ne pas s’attaquer au problème de façon proactive plutôt que de façon réactive? En effet, dès la conception de votre toiture vous devriez vous poser les questions suivantes :

  • Est-ce que le système de toiture sélectionné comporte une garantie de valeur thermique à long terme afin d’accroître la durée de vie de ma toiture et éviter les pertes d’énergie ?
  • Est-ce que le nouveau système de toiture sélectionné permet de récupérer des matériaux en place et de leur donner une deuxième vie utile et active ?
  • Est-ce que le système de toiture sélectionné propose une durée de vie à long terme diminuant ainsi le nombre de réfections et de débris générés pendant la vie utile du bâtiment ?
  • Est-ce que cette durée de vie à long terme est garantie ?

 

Les avancements technologiques se font aussi voir au plan des matériaux de construction et plusieurs produits très performants voient le jour. Pourquoi ne pas comparer les systèmes qui s’offrent à vous afin de voir lesquels procurent les meilleurs avantages dans le temps (garanties, quantité et qualité des matériaux utilisés, empreinte écologique de ces derniers, etc.) ?

 

Il est aussi important de considérer et de planifier l’entretien de votre toiture. Après tout, vous faites faire votre entretien automobile ; pourquoi ne pas le faire pour vos bâtiments ? Pourquoi ne pas budgéter un investissement annuel dans l’entretien de votre toiture pour lui permettre d’excéder sa durée de vie utile proposée ?

 

Les solutions pour réduire notre empreinte écologique se trouvent à notre portée. Il n’en tient qu’à nous de poser des actions proactives afin qu’ensemble nous puissions offrir un meilleur environnement aux générations futures. Continuons dans la bonne direction et mettons fin à l’ère du jetable !

 

Sources :

https://www.epa.gov/smm/sustainable-management-construction-and-demolition-materials

http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/matieres/FicheInformationCRD.pdf

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

CREW M fait partie d’un réseau nord-américain, CREW Network, qui rassemble plus de 11 000 femmes actives dans le domaine de l’immobilier commercial en 74 chapitres.

CREW M

Derniers commentaires

L’image de votre entreprise est-elle rentable?
L’image de votre entreprise est-elle rentable?
La passion et la rigueur pour les femmes chez Pomerleau
Petits ou gros chantiers, les responsabilités demeurent les mê...
Korine Hazan : une artiste aux multiples passions
La réussite en affaires, conjuguée au féminin
Le beau temps s’en vient… Attention aux coups de chaleur !
Le parcours d'une jeune femme qui n'a pas froid aux...