Lilianne Savard – Réaliser son rêve d’être chef d’entreprise

2 juillet 2013
Par Christian Chaloux
Lilianne Savard – Réaliser son rêve d’être chef d’entreprise

Tous les chemins mènent à la construction. Lilianne Savard, nouvelle présidente du Groupe POG de Saguenay, a parcouru bien du chemin avant d’être à la tête de son entreprise.

 

Lilianne Savard, originaire de Longueuil, a acheté Le Groupe POG en mars 2011. L’entreprise et ses filiales, Mécanique PlombOGaz inc., Mécanique POG inc. et Service de Maintenance Générale inc. (SMG) sont de véritables PME au Saguenay et se spécialisent dans l'industrie de la construction et de la maintenance industrielle.

 

Début d’un long parcours

Le parcours de Lilianne Savard est un film d’action. Sa carrière s’amorce à Chibougamau alors qu’elle occupe un emploi dans le secteur bancaire. Ses enfants ont grandi dans sa ville d’adoption où elle a résidé pendant 16 ans. Son mari travaillait alors dans les mines.

 

Arrivée au Saguenay à la fin des années 1990, elle s’inscrit au Cégep de Jonquière pour suivre une formation en administration. Cette avenue lui ouvre la porte à une entreprise du secteur industriel qui l’embauche comme adjointe administrative. Rapidement, elle est propulsée par son patron comme chargée de projet et s’occupe de l’évaluation des besoins des clients industriels.

 

« C’était la première fois que je faisais des visites d’usines pour évaluer les besoins des clients, en botte de chantier et tout », indique-t-elle alors qu’elle œuvrait pour une entreprise de services et de fabrication mécanique. « Ma force, c’est vraiment le développement de projet. » Ce talent inné a d’abord été confirmé par son employeur de l’époque qui lui a donné sa première chance.

 

Formation continue

Elle retourne sur les bancs d’école une fois de plus pour obtenir un baccalauréat en gestion à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle a travaillé à son compte quelques mois avant d’être de retour au Saguenay pour une compagnie forestière. Elle développe de nouveaux marchés partout au Québec tout en faisant ses études universitaires les soirs de semaine.

 

C’est dans le cadre d’un projet en usine qu’elle fera appel aux services de Groupe POG comme sous-traitant. Les propriétaires, Gérald Deschenes et Claude Fortin, l’approchent pour prendre les rênes de la compagnie. Ces derniers n’avaient pas de relève et eux aussi avaient remarqué des qualités indéniables chez Lilianne Savard pour devenir la nouvelle présidente.

 

« On a analysé ça et oui, je ferais bien le travail, car j’avais réalisé beaucoup de projets de construction. De plus, pour devenir présidente, il faut des qualités et mes plus grandes sont le leadership, être rassembleur et surtout capable de mener à terme de gros projets », dit-elle.

 

Se lancer en affaires

Après quelques négociations, elle acquiert l’entreprise en réalisant l’un de ses rêves, soit de devenir son propre patron. En achetant le Groupe POG, elle a sauté dans une aventure inconnue qui allait lui permettre de prendre l’ensemble des décisions.

 

« Aujourd’hui, les résultats, c’est moi qui les ai », dit-elle le plus humblement du monde.

 

Les chiffres du Groupe POG sont éloquents. L’entreprise est passée de 50 à 100 employés en 12 mois. Le chiffre d’affaires a suivi la même courbe ascendante. Pour obtenir des résultats rapidement, Lilianne Savard n’a pas hésité à suivre d’autres formations.

 

Dans la dernière année, elle a obtenu sa licence d’entrepreneur de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) tout en suivant une formation à la prestigieuse École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB). Dans cette école, parmi la cohorte de 30 entrepreneurs, seulement six femmes suivent la formation avec des professeurs réputés comme Alain Lemaire, Laurent Beaudoin ou Jean Coutu. Ces dames travaillent toutes dans des secteurs à prédominance masculine.

 

La place des femmes

La chef d’entreprise s’est démarquée rapidement dans un milieu masculin. « Il y a 15 ans, quand j’arrivais dans une usine, il n’y avait que des hommes. Aujourd’hui, que ce soit dans l’ingénierie, dans les industries, dans la santé et la sécurité, dans tous les postes, il y a des femmes. C’est l’évolution normale des femmes dans les métiers non traditionnels », analyse-t-elle avec justesse.

 

En tant que chargée de projet, elle était la plupart du temps la seule femme sur les chantiers ou dans les usines. « Une fois entrée, il faut travailler deux fois plus fort qu’un homme, car il faut se démarquer et prouver qu’on est vraiment bonne et efficace », dit-elle sans détour.

 

Défis et intuition

Après avoir œuvré depuis 15 ans comme employé dans un monde d’hommes, elle n’y voit que les aspects positifs de la place des femmes. Comme chef d’entreprise, elle y observe les mêmes défis qu’en tant qu’employée. « Les hommes nous testent tout le temps, juste parce qu’on est une fille. Il y a des avantages et des inconvénients, mais en fin de compte, c’est la même chose. »

 

Le secret du succès de Lilianne Savard est qu’elle suit son intuition, qui lui rend de fiers services. « Je m’en sers beaucoup et bien des entrepreneurs s’en servent, mais ne la définissent pas comme ça. »

 

Elle ajoute que les femmes en construction ont le souci du détail et n’hésitent pas à redoubler d’efforts pour relever des défis.

 

Les prix

Au cours de sa carrière, Lilianne Savard a été honorée de différentes façons. Elle a notamment remporté le prix de la relève offert par la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) lors de la 4e édition du gala MAESTRIA en septembre 2012. Le 9 mars 2011, au Gala reconnaissance de Rio Tinto Alcan, l’entreprise Service de Maintenance Générale inc. (SMG) a mérité une mention spéciale en SSE (santé sécurité environnement). Elle a également remporté deux prix lors du Gala de la Chambre de commerce de Saguenay, comme entreprise de l’année et celui dans la catégorie Industrie et transformation. Le Groupe POG a également accumulé d’autres prix au fil des années.

 


Vous connaissez une collègue ayant un parcours original ou remarquable dans l'industrie ? Communiquez avec nous. Elle pourrait faire l'objet de notre prochain portrait de Femmes en construction !

Femmes en construction

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Nos publications

Nos publications