Poseur de revêtements souples : un travail de souplesse

19 septembre 2013
Par Christian Chaloux
Poseur de revêtements souples : un travail de souplesse

Le poseur de revêtements souples installe plusieurs types de revêtement sur le plancher. On trouve parmi la gamme de produits disponibles des revêtements souples en vinyle, asphalte, caoutchouc, liège, linoléum ou tout autre matériau collé.

 

Les tapis sont les revêtements les plus costauds à installer, dépendant de la qualité, car ils sont souvent installés dans les escaliers ou les endroits plus contigus comme les chambres à coucher.

 

Le métier, soyons honnêtes, est difficile pour les genoux. C’est la partie du corps qui est le plus sollicitée par les poseurs de revêtements souples. Ces derniers sont constamment penchés pour installer minutieusement les matériaux qui feront office de plancher dans les résidences, immeubles ou commerces. La souplesse est une qualité physique à ne pas négliger.

 

Habiletés nécessaires

La personne idéale pour ce métier doit aimer travailler avec le public. Bien qu’un installateur ait beaucoup de clients dans le secteur commercial ou institutionnel, c’est dans le domaine résidentiel que les qualités d’un bon communicateur sont le plus souvent sollicitées. La plupart du temps, l’installateur pose les revêtements sous le regard, soit admiratif, soit critique, du propriétaire des lieux. Une bonne explication des différentes étapes d’installation permettra d’informer clairement le client.

 

Pour se démarquer, il faut maîtriser les mathématiques et les appliquer concrètement, savoir lire des plans et devis, mettre constamment à jour ses connaissances des différents produits en vente, avoir de la dextérité, être minutieux et conserver une forme physique exemplaire.

 

Formation

La formation d’un poseur de revêtements souples est de 900 heures. Elle est offerte dans une école de la construction qui mène à l’obtention du diplôme d’études professionnelles (DEP) en pose de revêtements souples. Ensuite, le travailleur doit cumuler 2 000 heures pour obtenir son grade de compagnon.

 

Plusieurs écoles offrent la formation au Québec. Parmi celles recensées par la Commission de la construction du Québec (CCQ) au moment d’écrire ces lignes, nommons le CFP Gérard-Filion (Longueuil), le CFP pour Autochtones dans les métiers de la construction (CFPAMC, également offert en anglais), l’École des métiers de la construction de Montréal et l’École des métiers et occupations de l’industrie de la construction de Québec.

 

Perspectives professionnelles

Comme nous l’avons souligné plus haut, les poseurs de revêtements souples travaillent dans les secteurs résidentiel, institutionnel et commercial. Les entrepreneurs embauchent des travailleurs à temps plein, mais les poseurs de revêtements souples sont plus souvent qu’autrement des travailleurs autonomes qui comptent sur plusieurs clients. Par exemple, les magasins qui vendent des revêtements souples embauchent des travailleurs sur appel selon le volume des ventes.

 

Selon la CCQ, la construction résidentielle génère 10 % de l’activité des poseurs de revêtements souples.

 

Une journée dans la vie d’un poseur de revêtements souples

Claude Legault est un professionnel du métier depuis plus de cinq ans. Il a suivi en quelque sorte les pas de son père qui était également installateur de revêtements souples.

 

La journée de Claude Legault démarre généralement avec le chargement des matériaux chez l’un de ses fournisseurs, soit des magasins de vente au détail dans le domaine des revêtements de plancher. Il se rend par la suite chez son client pour effectuer la pose des revêtements.

 

La durée d’une visite chez un client dépend du nombre de mètres carrés à installer. Parfois, Claude Legault peut visiter jusqu’à trois clients en une seule journée.

 

Il est un travailleur autonome qui a son propre matériel comme son camion et ses outils. C’est d’ailleurs le mode de fonctionnement qui est le plus répandu dans la profession.

 

Après de nombreuses années dans le métier, Claude Legault a ses préférences parmi les revêtements souples.

 

« Ce qui est plus difficile comme matériel, c’est le tapis. Des clients achètent parfois des tapis dispendieux qui sont difficiles à manipuler quand ils sont neufs. Ce que je préfère installer, c’est le vinyle », indique-t-il.

 

Quelques liens pertinents pour aller plus loin…


Métiers

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Nos publications

Nos publications