1989 : Une année tragique

Journal Constructo 1989

Les faits saillants de 1989

  • Inauguration du CCA et du Musée canadien des civilisations
  • Création du Fonds d'investissement technologique des ingénieurs du Québec
  • Levée du moratoire sur les décrets de révision des zones agricoles au Québec
  • Incendie dans un dépôt de pneus à Saint-Amable
  • Annonce de l'entrée en vigueur de la TPS
Par Patricia Gagnon

L’année 1989 laisse un bien triste souvenir dans la mémoire collective des Québécois. Le 6 décembre, 14 étudiantes de l’École Polytechnique de Montréal tombent sous les balles de Marc Lépine. 

Le tireur fou, armé d’une arme semi-automatique, avait tenu des propos haineux envers les féministes avant de tirer en rafales sur les jeunes femmes et de retourner l’arme contre lui. Les images de la tragédie font le tour du monde et provoquent la consternation.

 

Tout n’est pourtant pas si noir en cette année 1989. L’économie se porte bien et de nombreux Québécois brillent sur la scène internationale. C’est le cas du chanteur Roch Voisine qui triomphe en France après avoir remporté quatre Félix au Gala de l’Adisq. Son grand succès, Hélène, atteint la première position du Top 50 français, du jamais vu pour un artiste canadien. Toujours dans l’Hexagone, le film Jésus de Montréal, du réalisateur Denys Arcand, remporte le Prix du Jury au Festival de Cannes. Au Québec, le film Cruising Bar récolte plus de 3 millions $ au guichet et devient le plus grand succès du cinéma québécois de la fin des années 80.

 

L’ouverture de nouveaux musées, tous plus beaux les uns que les autres, rythme également la vie culturelle québécoise. À Montréal, plusieurs dignitaires, dont le premier ministre du Canada, Brian Mulroney, et le maire de Montréal, Jean Doré, se pressent à l’inauguration du Centre canadien d’architecture (CCA) fondé par l’architecte Phyllis Lambert. Le Centre, construit au coût de 45 millions $, répond aux objectifs de conservation de sa fondatrice puisqu’il intègre la résidence Shaughnessy, un trésor patrimonial sauvé de la démolition par le CCA.

 

De son côté, le gouvernement fédéral inaugure en grande pompe le Musée canadien des civilisations à Hull. Conçu par l’architecte autochtone Douglas Cardinal et l’architecte montréalais Michel Languedoc, le bâtiment tout en rondeur, niché sur les rives de la rivière Outaouais, offre une vue imprenable sur le Parlement.

 

Sur le plan économique, c’est la fusion des brasseries Molson et O’Keefe qui retient l’attention. La nouvelle brasserie, connue sous le nom de Brasseries Molson, génère un chiffre d’affaires de 2,3 milliards $ et contrôle plus de 50 % du marché de la bière au pays.

 

Les choses se corsent du côté d’Hydro- Québec. En octobre, la société d’État annonce l’annulation d’un contrat d’exportation d’électricité de 5,3 milliards $ avec la Central Maine Power Company. La signature du contrat, en 1987, après quatre ans de négociations constituait un des fers de lance de la politique d’exportation d’énergie du premier ministre du Québec, Robert Bourassa.

 

Pendant ce temps, la Commission d’enquête sur les déchets dangereux dévoile que le ministère de l’Environnement ignore où passent 60 % des 410 000 tonnes de déchets dangereux produits annuellement au Québec. En réaction à ces révélations troublantes, l’Union des municipalités presse le gouvernement d’élargir le mandat de la Commission à la production, à l’entreposage, au transport et à l’utilisation des matières dangereuses. Toujours au chapitre de l’environnement, le gouvernement décrète que des audiences publiques devront dorénavant être tenues avant l’approbation de toute entente de dézonage.

 

Soulignons enfin que c’est en 1989, que l’Association de la construction de Montréal et du Québec (ACMQ) devient l’Association de la construction du Québec – Région de Montréal (ACQ Montréal), à la suite d’un regroupement avec la Fédération de la construction du Québec (FCQ) qui donna naissance au réseau provincial de l’ACQ. De son côté, l’Ordre des ingénieurs du Québec crée la corporation INGEQ dont le but est de réunir du savoir-faire professionnel et du capital de risque.

Cet article est paru dans l’édition du jeudi 1er août 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !