1984 : Nouvelle vigueur économique

Journal Constructo 1984

Les faits saillants de 1984

  • Inauguration de la bibliothèque d'Anjou, à Montréal, conçue par l'architecte Jean-Guy Brodeur
  • Début de la construction du boulevard Ville-Marie, à Montréal, qui consiste en un premier tronçon de 1,1 kilomètre réalisé par la firme Janin Construction ltée
  • On souligne le 450e anniversaire du premier voyage de Jacques-Cartier, notamment par la présentation du premier spectacle du Cirque du Soleil lors d'une cérémonie à Gaspé
  • Gaétan Boucher remporte trois médailles d'or lors des Jeux olympiques de Sarajevo et est couronné athlète de l'année du Québec
  • Hydro-Québec souffle ses 40 bougies
Par Marie Gagnon

En 1984, le Québec semble avoir définitivement tourné le dos à la morosité économique. Les investissements se succèdent aux quatre coins de la province et la confiance des consommateurs revient à un niveau acceptable.

L’année, qui débute avec l’ouverture du musée Marc-Aurèle Fortin, installé dans des locaux ayant servi aux Soeurs Grises au début de la colonie française, sera aussi le témoin du parachèvement de la centrale LG-4.

 

L’inauguration de la centrale, qui a lieu deux ans après la mise en eau de son réservoir, marque la fin prochaine des travaux au complexe hydroélectrique La Grande. LG-4 fournira 2,6 millions de kilowatts qui seront distribués dans les régions de Québec et du Saguenay. Parmi les gens présents à la cérémonie, on retrouve entre autres le premier ministre du Québec, René Lévesque. Absent de la fête, l’ex-premier ministre Robert Bourassa déplore que le gouvernement péquiste ne prévoit pas poursuivre le développement du potentiel hydroélectrique du nord.

 

Seule ombre au tableau : la Sidbec-Normines, aux prises avec d’importantes pertes financières, annonce la fin des activités au gisement de Fire Lake et la fermeture éventuelle de la ville de Gagnon, fondée au milieu des années 1950. Deux ans plus tôt, l’Iron Ore, elle aussi mise à mal par des problèmes financiers, avait pris la décision de fermer la municipalité de Schefferville. Le 1er juillet de l’année suivante, le glas sonne définitivement pour la ville de Gagnon.

 

Ailleurs dans la province, les perspectives économiques ne cessent de s’améliorer. Notamment à Tracy, où QIT Fer et Titane annonce un investissement de 154 millions $, dont 100 millions seront affectés à la construction d’une nouvelle aciérie, tandis que la balance sera consacrée à la modernisation des équipements. Une fois en exploitation, la nouvelle aciérie fournira du travail à 120 personnes.

 

À Ville Saint-Laurent, c’est au tour de la pharmaceutique Ayerst d’investir 30 millions $ dans la modernisation et l’agrandissement de ses laboratoires. Les travaux, qui seront complétés à l’automne 1985, permettront la création d’une centaine d’emplois. Au coeur de Montréal, l’Édifice La Laurentienne, un bâtiment commercial de 27 étages évalué à 75 millions, sera à son tour mis en chantier sur le site de l’ancien hôtel Laurentien, situé au 1100, boulevard René-Lévesque Ouest.

 

C’est aussi en 1984 que survient le plus gros investissement industriel de l’histoire du Québec : l’installation, à Bécancour, du géant français de l’aluminium Pechiney. L’usine de 1,5 milliard $ construite par Pechiney et la Société générale de financement du Québec (SGF) sera achevée en 1986, alors que le cours de l’aluminium est en hausse.

 

On assiste ensuite au coup d’envoi des travaux de construction de l’Institut d’ordinique du Québec à Sainte-Thérèse. L’établissement d’enseignement, dont les coûts de construction s’élèvent à 2,9 millions $, se spécialise dans la technologie des systèmes ordinés et offre une formation technique de pointe dans l’utilisation et l’application des microprocesseurs.

 

Pour sa part, Zellers fait part de son intention de déménager son siège social au 5100, boulevard de Maisonneuve Ouest, à un jet de pierre de la station de métro Vendôme. L’édifice en béton armé d’une superficie de 160 000 pieds carrés, qui représente un investissement de 10 millions $ pour la chaîne de commerces de détail, prend la forme d’un losange sous l’impulsion des architectes Tolchinsky et Goodz.

 

Alors que le Centre commercial Fairview s’apprête à gagner un étage complet moyennant 50 millions $, les travaux de l’échangeur de l’autoroute 440 et du boulevard Industriel à Laval entrent dans leur phase de construction, estimée 5 millions.

Cet article est paru dans l’édition du jeudi 27 juin 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !