1985 : Montréal en chantier

Journal Constructo 1985

Les faits saillants de 1985

  • Début de la reconversion du site des Ateliers Angus, à Montréal
  • Canadian International Paper procède à la modernisation de ses usines de Gatineau et de Trois-Rivières
  • Lancement du chantier du Musée d'art contemporain de Montréal
  • Parachèvement du toit du Stade olympique
  • Démission de René Lévesque et élection du gouvernement de Robert Bourassa
Par Patricia Gagnon

En 1985, le Québec s’est refait une santé économique et la récession n’est plus qu’un mauvais souvenir. Les plans de relance portent enfin leurs fruits. Le chômage régresse et les mises en chantier progressent !

Les coups de marteau résonnent aux quatre coins de la métropole, alors que s’amorce la reconversion du site des Ateliers Angus dans l’est de la ville.

 

Propriétés du Canadien Pacifique, les ateliers, mieux connus sous le nom de « shops Angus », sont inaugurés en 1904 et deviennent rapidement l’un des plus importants complexes industriels du pays. À son apogée, l’usine emploie plus de 12 000 personnes.

 

Dans les années 1980, les ateliers cessent progressivement leurs activités en raison du déclin du transport ferroviaire. C’est à cette époque qu’une première partie des terrains change de vocation. De 1985 à 1991, un tout nouveau quartier voit le jour ! Plus de 2 500 logements sont construits, dont plusieurs coopératives d’habitations réservées aux résidents moins nantis. Le coût du projet s’élève à 500 millions $. Les travaux de décontamination sont exécutés par l’entrepreneur L.A. Hébert et le Groupe St-Luc est le principal maître d’oeuvre du développement résidentiel.

 

Non loin de là, le gouvernement annonce enfin le parachèvement du toit du Stade olympique. Conformément au concept original de l’architecte Roger Taillibert, le stade sera couvert d’une toile mobile et amovible. Toujours à Montréal, le centre-ville se refait une beauté. Plusieurs chantiers sont inaugurés, dont celui de la Place Montréal Trust.

 

Achevée en 1990, la tour, vêtue d’une magnifique enveloppe de granit et de verre est considérée comme un des plus beaux édifices de Montréal.

 

Un peu plus à l’ouest, à quelques pas de la station de métro Guy, on amorce la construction du Faubourg Sainte-Catherine. De son côté, la STCUM procède à l’ouverture de la gare intermodale Vendôme. Située dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, la gare joue un rôle d’échangeur pour le métro, le train de banlieue et le service d’autobus. C’est aussi en 1985 que la Commission de transport de la communauté urbaine de Montréal (CTCUM) change de nom pour devenir la Société de transport de la communauté urbaine de Montréal (STCUM).

 

Les bétonnières ronronnent également du côté de la Place des Arts, où plusieurs dignitaires assistent à la coulée du premier caisson du nouveau Musée d’art contemporain de Montréal. Au pied du Mont-Royal, l’Université de Montréal lance les travaux de construction du Pavillon Samuel-Bronfman qui accueillera la bibliothèque des sciences humaines et des lettres.

 

Bien que la métropole ait reçu la part du lion en matière d’investissements, les autres régions ne sont pas en reste alors que la Canadian International Paper (CIP) annonce la modernisation de ses usines de Gatineau et de Trois-Rivières. À Gatineau, l’entreprise installe un nouvel outillage qui permettra la création de 360 à 500 nouveaux emplois. À Trois-Rivières, CIP annonce l’ouverture d’une nouvelle usine de peroxyde d’oxygène et informatise la gestion de ses stocks de rouleaux de papier. Grâce à ces investissements, la CIP maintient 1 300 emplois à Trois-Rivières et 1 400 autres à Gatineau.

 

Les choses tournent toutefois moins rondement sur la scène politique. Les événements se bousculent. En juin, René Lévesque démissionne après 25 ans de vie politique, dont neuf à titre de premier ministre du Québec. Son départ annonce un changement de garde. Le 2 décembre, le Parti libéral de Robert Bourassa défait le Parti québécois de Pierre-Marc Johnson et forme un gouvernement majoritaire. Coup de théâtre : Bourassa est battu dans son comté ! Il fera son entrée à l’Assemblée nationale en janvier 1986, après avoir remporté l’élection partielle dans Saint-Laurent.

Cet article est paru dans l’édition du jeudi 4 juillet 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !