2005 : L’essor des banlieues

Journal Constructo 2005

Les faits saillants de 2005

  • Début du chantier du Quartier Dix30
  • L'Université de Sherbrooke construit un pavillon de 16 étages sur son campus de Longueuil
  • Réaménagement des berges du Saint-Laurent au coût de 110 M$, à Québec
  • Ubisoft agrandit ses installations de Montréal
  • Construction d'une minicentrale hydroélectrique sur la rivière Magpie
Par Patricia Gagnon

Pendant que la jeunesse québécoise s’insurge contre la transformation d’une centaine de millions de dollars de bourses en prêts étudiants et que les « Solidaires » pourfendent les « Lucides » de l’ex-premier ministre Lucien Bouchard, les chantiers foisonnent en périphérie de Montréal.

Au nord, c’est le développement du Faubourg Boisbriand, sur les terrains de l’ancienne usine de la General Motors qui retient l’attention. Au sud, celui du quartier Dix30.

 

Situé à Brossard, au carrefour des autoroutes 10 et 30, comme son nom l’indique, ce centre commercial de type lifestyle s’inspire des rues principales d’antan. Le site, évalué à 350 millions $, accueillera, dès septembre 2006, plusieurs grandes surfaces, mais aussi de petites boutiques de quartier, et sera agrémenté de grandes places publiques.

 

Outre un parc d’affaires et un mégacentre d’une centaine de magasins, le Faubourg Boisbriand propose, pour sa part, un quartier résidentiel articulé autour d’un immense parc où nicheront un lac et des sentiers piétonniers. Le projet, échelonné sur cinq ans, devrait atteindre une valeur foncière de 775 millions $.

 

Dans la foulée, le ministère des Transports amorce la réfection de l’échangeur des autoroutes 15 et 640. Par ailleurs, les mégacentres ont aussi la cote à Lévis où Ivanhoé Cambridge entreprend la construction, au coût de 45 millions $, du Méga-centre Rive-Sud à la jonction des autoroutes 20 et 73.

 

Toujours au sud du fleuve, l’Université de Sherbrooke amorce la construction d’un pavillon de 16 étages sur son campus de Longueuil. L’immense tour de verre de 120 millions $, reliée au métro par un vaste atrium, accueillera professeurs et étudiants dès 2008.

 

Le prolongement de l’autoroute 30, entre Candiac et Saint-Constant, est également bien accueilli dans la région. Sur la Rive-Nord, on se réjouit de l’inauguration du nouveau parc industriel de Saint-Jérôme. D’une superficie de 8,5 millions de pieds carrés, le parc devrait contribuer à la création d’un millier d’emplois au cours des prochaines années. Au même moment, Québecor Média annonce la construction d’une imprimerie de 100 millions $ à Mirabel.

 

Les grandes villes reçoivent aussi leur part du gâteau. C’est notamment le cas à Québec où le fédéral octroie 110 millions $ pour le réaménagement des berges du Saint-Laurent en prévision des festivités du 400e anniversaire de la ville en 2008. Cette somme s’ajoute au cadeau d’anniversaire de 110 millions $ offert par le gouvernement provincial.

 

On assiste ensuite, dans le secteur Vanier, à la première pelletée de terre de la nouvelle usine de Biscuits Leclerc qui célèbre son 100e anniversaire en 2005. Puis c’est au tour de l’Oratoire Saint-Joseph de fêter son centenaire. Afin de souligner l’événement, 75 millions $ sont alloués à la revalorisation du patrimoine architectural et religieux de ce joyau fondé par saint frère André. Toujours à Montréal, Ubisoft agrandit ses installations du Mile-End. L’investissement de 700 millions $ permet à l’entreprise française de créer 1 000 emplois supplémentaires dans le secteur des jeux vidéo et de devenir le plus important joueur de son industrie.

 

Ailleurs au Québec, c’est dans l’énergie qu’on investit alors qu’on annonce, coup sur coup, la construction d’une minicentrale hydroélectrique de 40,6 mégawatts sur la rivière Magpie, sur la Côte-Nord, et d’une centrale de cogénération à la biomasse à l’usine Kruger de Brampton, en Estrie. L’énergie générée par l’usine de 85 millions $ entraînera une réduction des émissions de gaz à effet de serre équivalant au retrait annuel de 18 000 véhicules routiers. Enfin, c’est le 25 août qu’éclate le scandale Norbourg qui laissera sans le sou les milliers d’investisseurs floués par Vincent Lacroix. Les épargnants récupèreront finalement les 115 millions $ détournés au terme d’un long procès très médiatisé.

Cet article est paru dans l’édition du vendredi 1er novembre 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !