Pont Dubuc - Réfection en quatre phases

14 novembre 2011
Par Marie Gagnon
Pont Dubuc, arrondissement Chicoutimi, Ville de Saguenay

D’ici 2015, le ministère des Transports (MTQ) investira 30 millions $ pour maintenir la sécurité et améliorer la fluidité du pont Dubuc, qui relie les deux rives de Chicoutimi. Cette annonce fait suite à une inspection générale réalisée l’an dernier par la firme de génie-conseil Cegertec. En plus des déficiences structurales relevées lors de cette expertise, le Ministère entend du même coup corriger différentes lacunes sur le plan de la gestion de la circulation afin de réduire la congestion routière et les risques d’accidents.

 

Comme le rapporte Marie-Claude Côté, conseillère en communication à la Direction du MTQ-Saguenay-Lac-Saint-Jean-Chibougamau (DSLSJC), le budget d’intervention sera réparti de la façon suivante : 8 millions seront consacrés à la réhabilitation du pont ; 11 millions à la réfection des six structures d’approche ; et 11 millions à la reconfiguration des accès.

 

Ces travaux, qui débuteront l’an prochain, seront orchestrés en quatre phases. On prévoit d’abord réparer les surfaces de béton des culées et des six piliers et remplacer les appareils d’appui de la structure principale, vieille d’une quarantaine d’années. On s’attaquera ensuite aux joints de dilatation situés à chacune des extrémités du tablier. Le chantier se déplacera par la suite vers les structures d’approche, où l’on procédera à des travaux de gainage de béton aux culées et au remplacement des appareils d’appui. Le projet prendra fin avec la reconstruction des parapets, des trottoirs et des bandes extérieures du pont et de ses structures d’approche.

 

« Il se peut que certaines étapes se chevauchent, signale Marie-Claude Côté, le but étant de limiter autant que possible les entraves à la circulation. Chose certaine, l’an prochain, tous les travaux se dérouleront sous la structure, il n’y aura donc pas de fermeture de voie. Au cours des années qui suivront, seulement trois voies de circulation seront maintenues, afin de permettre les travaux sur le pont et les approches. Le séquençage définitif des travaux ne sera toutefois connu que lorsque les plans et devis auront été approuvés, probablement vers la fin de l’hiver, car on ne prévoit pas lancer l’appel d’offres pour les services professionnels avant le début de 2012. »

 

Un pont sécuritaire

Une inspection générale, réalisée à l’automne 2010, confirme que la sécurité des usagers n’est pas compromise, même si les principales composantes du pont Dubuc ont subi l’usure du temps.

 

Selon le rapport publié dans le site du MTQ, cette inspection a permis d’identifier plusieurs sections de béton délaminé, tant au niveau des culées, des piliers et des glissières de sécurité. Des défaillances ont également été observées aux joints d’expansion situés à chacune des extrémités du pont. L’inspection des poutres à âme pleine de même que celle des poutres-caissons qui supportent le tablier du pont a aussi révélé des déficiences. Un avis technique, réalisé en février dernier sur les poutres à caisson, a d’ailleurs rapporté des lacunes aux soudures des entretoises. Celles-ci seront corrigées avant la fin de la saison.

 

Par ailleurs, dans une entrevue radiophonique, le directeur régional du MTQ a résumé les correctifs qui seront apportés au design afin d’améliorer la fluidité de la circulation aux heures de pointe. « Les deux accès au pont seront modifiés afin d’en augmenter le biseau d’insertion, a-t-il dit. Par exemple, on va fermer la bretelle du boulevard Saguenay, dont la rampe d’accès est trop courte, et en aménager une nouvelle sur la rue Montcalm. Les automobilistes profiteront d’une meilleure transition et pourront s’insérer plus facilement dans la circulation. Quant à la bretelle du boulevard Tadoussac, elle sera simplement reconfigurée. »

 

Des discussions ont également cours avec la Ville de Saguenay afin d’améliorer les sorties du pont, de manière à éviter que les automobilistes – plus de 47 000 véhicules empruntent cet axe névralgique chaque jour –  ne freinent sur le tablier et, de ce fait, occasionnent de la congestion.

 


Cet article est paru dans l’édition du jeudi 3 novembre 2011 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sondage

Dans quelle région prévoyez-vous œuvrer le plus au cours des prochaines années?:

Partenaires

La Garantie Abritat  Régie du bâtiment  3rmcdq  Incursion Voyages

Nos publications

Nos publications