Le QI est sur ses rails

16 mai 2013
Par François G. Cellier
Le QI est sur ses rails

Le Quartier de l’innovation (QI) a été officiellement lancé le 13 mai dernier. Après avoir déployé une première phase de prédémarrage qui a coûté 1,8 million $, les concepteurs de cet ambitieux projet pourront maintenant passer à l’action.

Véritable concentration de savoir au sein de laquelle domineront quatre grands volets, le concept gravitera autour de l’École des technologies supérieures (ÉTS) et de l’Université McGill. Partenaires dans ce projet, ces deux institutions d’enseignement supérieur comptent tirer profit de leur complémentarité en recherche, formation, innovation et entrepreneurship, pour faire du QI une plateforme créative d’envergure internationale.

 

Au cœur de Griffintown

Le QI, dont l’idée remonte à 2009, prendra forme dans le quartier Griffintown à Montréal. Principal moteur de l’industrie canadienne au XIXe siècle, ce secteur était déstructuré jusqu’à tout récemment, mais il renaît de ses cendres, grâce entre autres à l’apport de l’ÉTS qui s’y est installée en 1997.

 

Cette école, fréquentée par 7 000 étudiants en génie à longueur d’année, souhaitait s’approprier d’une partie du secteur, que les promoteurs de copropriétés ont pris d’assaut depuis un certain nombre d’années. « Nous ne voulions pas être uniquement enclavés par des copropriétés ; nous souhaitions également être entourés d’institutions novatrices », de dire Sabin Boily, directeur, Innovation et relations avec l’industrie à l’ÉTS, et maître d’œuvre du QI. 

 

Le concept gravitera autour de l’École des technologies supérieures (ÉTS) et de l’Université McGill. Crédit École de technologie Supérieure

 

Plus de 6 milliards $ seront investis dans le QI au cours des 10 prochaines années. L’argent proviendra des secteurs public et privé. Les nombreux concepts dont s’enrichira le quartier découlent d’un exercice de réflexion approfondi, pour lequel les trois paliers de gouvernement ont contribué financièrement. Cela a permis d’établir ce à quoi ressemblera l’environnement immédiat de l’ÉTS et de l’Université McGill, qui miseront sur plusieurs projets novateurs.

 

Un pivot

Au premier chef du QI se trouvera le Hub de créativité, qui se voudra plus qu’un observatoire. Prévu dans le volet formation et innovation, il misera sur des rencontres et des formations destinées aux professionnels et entreprises, tant industrielles, culturelles que sociales. Les activités prévues tourneront autour du processus d’idéation et d’innovation.

 

Ce Hub sera aménagé à même l’ancien planétarium Dow, que la Ville de Montréal a légué à l’ÉTS en avril dernier. Dans un premier temps, on y transformera le stationnement public qui s’y trouve en espace vert, qui ne sont pas légions dans le quartier, et il faudra laisser intacte l’enveloppe extérieure de ce bâtiment patrimonial. Au total, l’ÉTS investira 5 millions $ dans cette conversion, dont les travaux prendront fin en 2015. Le processus d’appels d’offres dans ce dossier débutera sous peu.

 

La maison des étudiants de l'ÉTS

Dans le volet urbain, il y aura construction de la maison des étudiants de l’ÉTS. Elle s’étendra sur une superficie de 130 000 pieds carrés, comptera cinq étages, auxquels se grefferont deux niveaux de stationnement d’une capacité de 185 places.

 

Cet édifice offrira notamment des espaces pour les Services aux étudiants, l’Association des étudiants, une aire commerciale au rez-de-chaussée et une clinique médicale au cinquième étage. L’érection du bâtiment devrait être complétée d’ici la fin de 2014. Une fois les autorisations gouvernementales obtenues, d’autres appels d’offres seront lancés pour réaliser ce projet.

 

Agrandissement du Centech

Côté industriel, l’agrandissement du Centech (Centre de l’entrepreneurship technologique) figure également dans les cartons. Véritable « incubateur » d’entreprises créé par l’ÉTS au milieu des années 1990, il aide ses étudiants et diplômés à démarrer leur propre entreprise, en plus d’accueillir des projets d’autres universités.

 

On doit entre autres à Centech le démarrage de Kinova, un groupe qui  a développé le bras robotisé le plus sensible au monde. Pour pouvoir accueillir sept nouvelles entreprises dès septembre 2013, un nombre identique de locaux seront réaménagés, ce qui représente une augmentation des espaces totalisant 25 %.

 

Plus de 6 milliards $ seront investis dans le QI au cours des 10 prochaines années. Les nombreux concepts dont s’enrichira le quartier découlent d’un exercice de réflexion approfondi qui a permis d’établir ce à quoi ressemblera l’environnement immédiat de l’ÉTS et de l’Université McGill, qui miseront sur plusieurs projets novateurs.Crédit Marc-Étienne Mongrain

 

 

Construction d'une école ?

Dans la tranche du QI appelée volet social et culturel, une école où se côtoieront 1 000 élèves de niveau maternelle, primaire, secondaire et collégiale (issus de la formation générale, technique et professionnelle), pourrait être construite. En accord avec le Programme particulier d’urbanisme (PPU) de la Ville, cet établissement comblerait un manque d’écoles dans le quartier.

 

L’expertise de quatre institutions d’enseignement y serait mise à profit, soit celle de l’Université McGill, de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), de l’English Montreal School Board (EMSB) et de l’ÉTS. L’école mettrait l’accent sur des matières comme les sciences et les mathématiques, ainsi que celles touchant diverses filières techniques. Elle donnerait priorité à l’engagement des élèves ainsi qu’à leur persévérance scolaire. « Le principal objectif de cette école vise la création d’un continuum scolaire », précise Sabin Boily.

 

Innovation et collectivités

Après avoir consulté les concepteurs de projets semblables au QI, ailleurs dans le monde, un constat parmi d’autres est clairement ressorti : le succès d’un quartier innovant passe par l’implication de collectivités, à qui il faut permettre une participation active. Dans cette optique participative visant à créer une dynamique sociale permanente, l’École de l’innovation citoyenne, une autre composante prévue au QI, permettra le développement d’initiatives à même le quartier, pour en améliorer la qualité de vie.

 

L’édition 2013-2014, qui coïncidera avec le 40e anniversaire de l’ÉTS, mettra en valeur la Coalition de la Petite-Bourgogne, qui y aménagera le sentier de la Bourgogne. Étudiants et écoliers se joindront à la communauté, en réalisant divers projets (ex. : parcs, espaces publics et piste cyclable) sur ce parcours. Cela ne pourra que mieux servir le QI, qui vise entre autres la convergence à une même enseigne des arts et des sciences, en vue de créer une communauté du savoir à la fois riche et diversifié.

 


Cet article est paru dans l’édition du mardi 14 mai 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.