La route de l'aéroport de Longueuil desservira mieux les entreprises

20 septembre 2018
Par Marie Gagnon
La route de l'aéroport de Longueuil desservira mieux les entreprises

Le 7 mai dernier, la Ville de Longueuil a donné le coup d’envoi à la réfection de la route de l’Aéroport, entre le chemin de la Savane et le boulevard Clairevue dans l’arrondissement de Saint-Hubert. Le projet, dont les coûts de construction s’élèvent à 15 millions de dollars, poursuit deux objectifs: moderniser les infrastructures municipales et urbaniser les voies de circulation afin de mieux desservir les entreprises et industries de la zone aéroportuaire.

« En fait, le but premier c’est d’urbaniser la route de l’Aéroport afin de développer la zone aéroportuaire et d’accueillir de nouvelles industries, indique Élodie Desrosiers, chargée de projet à la Direction du génie de la Ville et responsable de l’ingénierie du projet. Actuellement, la route ressemble davantage à un chemin de campagne qu’à une artère municipale. Il n’y a pas de bordures ni de trottoirs, et un fossé pluvial draine les eaux de surface de chaque côté de la route.  »

 

Elle rappelle du même souffle que les travaux, inscrits au Programme triennal d’immobilisations  (PTI) de Longueuil depuis 2009, étaient prévus pour 2017, mais que le premier appel d’offres a été annulé en raison d’un retard dans l’émission du certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement. Ce délai aurait compromis l’échéancier initialement établi. La Ville a donc préféré reprendre le processus en février dernier en lançant un nouvel appel d’offres, remporté par Les Entreprises Michaudville.

 

Pour en faciliter l’exécution, le projet a été scindé en deux phases. La première, présentement en cours, concerne le tronçon allant du chemin Chambly au boulevard Clairevue. Elle doit être complétée pour le 2 novembre prochain. La seconde débutera dès la fin avril 2019 et s’échelonnera sur environ deux mois. Elle vise la section comprise entre les chemins de la Savane et Chambly.

 

En tout, quelque quatre kilomètres de route seront modernisés lors de ces deux phases. On procèdera notamment à la canalisation du fossé pluvial et au remplacement du réseau pluvial et sanitaire sur une distance d’environ un kilomètre. En raison de sa désuétude, la station de pompage qui se trouve sur le parcours sera démantelée et remplacée par un égout sanitaire gravitaire. Les vannes d’incendie et d’eau potable seront également mises à niveau.

 

Dans la foulée, la chaussée sera élargie de neuf mètres afin de créer des voies auxiliaires de refuge pour les véhicules lourds. « On est en zone industrielle et la limite de vitesse est de 70  kilomètres/heure, souligne Jean-François Lagacé, chef de division, Transport et mobilité active à la Direction du génie de Longueuil. En ajoutant des voies auxiliaires, on veut éviter de bloquer la route aux autres usagers. »

 

Le projet favorisera aussi le transport actif avec l’aménagement d’une piste cyclable bidirectionnelle. Dans la même optique, un trottoir double sera construit afin de faciliter les déplacements piétonniers dans la zone où sont concentrées les entreprises d’aviation. Ailleurs, une structure de béton bordera la chaussée. Une bande verte de trois mètres, composée d’arbres et d’arbustes, sera en outre insérée entre la bordure de béton et la piste cyclable. Enfin, l’éclairage sera remplacé par des lampes à DEL.

 

« Actuellement, on a des lampes au sodium à haute pression, mentionne Jean-François Lagacé. Mais on a un programme de conversion pour remplacer nos luminaires par des DEL compatibles avec un système de gestion intelligente. Ce programme est d’ailleurs inscrit au PTI. L’analyse débute à peine, on vient de terminer la cartographie de nos lampadaires.  »

 

Le chantier avance par ailleurs à bon rythme et aucun retard n’est à signaler, note Élodie Desrosiers. Les travaux d’égout et d’aqueduc progressent comme prévu et une partie de la chaussée est déjà pavée. Elle mentionne qu’aucun défi particulier n’est venu compliquer la donne, sinon la gestion de la circulation sur cette artère achalandée.

Cet article est paru dans l’édition du 31 août 2018 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous.

 

 

 

Tendances et opportunités

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Nos publications

Nos publications