Un pont pour rallier le parc des Îles-de-Boucherville

3 avril 2019
Par Marie Gagnon
Un pont pour rallier le parc des Îles-de-Boucherville

L’attente pour accéder au parc des Îles-de-Boucherville sera bientôt chose du passé. La SÉPAQ construit actuellement une passerelle de 120 mètres pour remplacer le service de bac à câble qui assurait la liaison entre les îles Sainte-Marguerite et Pinard, depuis l’ouverture du parc national en 1984.

Le projet, qui se chiffre à 4,6 millions de dollars, inclut en outre le remplacement de deux autres passerelles qui ont atteint leur fi n de vie utile. Il doit être complété d’ici l’été.

 

« Les travaux en cours présentement ont fait l’objet d’une annonce en 2016, en vue de faciliter l’accès à l’ensemble de l’archipel du parc, indique Simon Boivin, responsable des relations avec les médias à la SÉPAQ. La nouvelle passerelle sera utilisable à l’année et elle offrira un accès plus rapide et plus sécuritaire aux secours en cas d’urgence. »

 

La passerelle principale, qui reliera l’île Sainte-Marguerite à l’île Pinard et remplacera à terme le service de bac, aura précisément 126 mètres de long sur 4 mètres de large, et elle sera soutenue par quatre piles. En période hivernale, la hauteur libre sera de 4,9 mètres sous sa section centrale. Il n’y aura donc pas d’impact sur la navigation des plaisanciers, sauf pour les voiliers et les bateaux de fort calibre.

 

Bien qu’elles soient également larges de 4 m, les deux autres passerelles seront toutefois de dimension plus modeste. La plus courte, qui raccordera l’île Pinard à l’île de la Commune, n’aura que 48 mètres de longueur et une seule pile, alors que la plus longue, qui raccordera les îles de la Commune et Grosbois, s’étirera sur 70 mètres et reposera sur deux piles.

 

La nouvelle passerelle, qui sera utilisable à l’année, facilitera l’accès au parc des Îles-de-Boucherville en période hivernale - Image de la SÉPAQ

 

« Les trois passerelles n’auront qu’une seule voie de circulation chacune, précise Simon Boivin. Il s’agit de passerelles pour les piétons et les cyclistes, mais sur lesquelles un véhicule d’urgence ou de service pourra circuler au besoin. On ne prévoit donc ni trottoir, ni accotements. » Il ajoute que les trois structures seront constituées d’éléments d’acier et d’un tablier de profi lés d’aluminium d’une capacité de 15 tonnes. Des garde-corps en bois les ceintureront.

 

Le chantier, réalisé par l’entrepreneur général EC4 à partir de plans et devis préparés par l’ingénieur Tomètres Cournoyer et les professionnels de Smith Vigeant architectes, s’est amorcé en janvier avec la construction des fondations et des appuis. Début mars, les piles de la grande passerelle et les culées des deux petites passerelles étaient en place.

 

Les travaux se poursuivront au cours des prochains mois avec l’érection de la structure d’acier, la mise en place des profi lés d’aluminium et la pose des garde-corps. Ils se concluront avec des travaux d’aménagement aux approches. Comme le souligne Simon Boivin, le projet ne comporte aucun défi particulier sinon qu’il nécessite le recours à une barge et, à l’occasion, d’un brise-glace pour permettre le transport des matériaux.

 

Cet article est paru dans l’édition du 19 mars 2019 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous.

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.