Transport en commun : des projets de 2,8 G$ sur les rails

12 août 2013
Par Annie Saint-Pierre
Transport en commun : des projets de 2,8 G$ sur les rails

La cadence se maintient dans le développement et la conservation des infrastructures de transport en commun pour Montréal et ses banlieues. Gros plan sur des investissements en immobilisations qui s’élèveront à 2,8 milliards de dollars d’ici 2014.

Uniquement en 2013, l’Agence métropolitaine de transport (AMT) et la Société de transport de Montréal (STM) comptent investir respectivement 878,4 et 691,9 millions de dollars dans l’amélioration et le développement de leurs services.

 

AMT

C’est le projet du Train de l’Est qui monopolise une bonne partie des investissements de l’AMT, cette année, avec une enveloppe budgétaire de 263,5 millions. Claudia Martin, responsable des communications, précise que ce projet est actuellement complété à 70 %. La nouvelle ligne de train de banlieue desservira l’est de l’île de Montréal ainsi que les municipalités de Repentigny, Terrebonne et Mascouche. Cette nouvelle desserte ferroviaire offrira cinq départs le matin et cinq retours l’après-midi, un aller-retour le midi et un autre en fin de soirée. Pour atteindre cet objectif, l’AMT procède à des aménagements majeurs, notamment la construction de 10 nouvelles gares avec stationnement. Un nouveau lien ferroviaire entre Repentigny et Mascouche doit être également aménagé sur une distance de 13 kilomètres.

 

Le projet requiert l’amélioration des infrastructures existantes pour les passages à niveau, des aiguillages et de la signalisation. Un nouveau centre d’entretien doit être aussi érigé à la fin de la ligne à Mascouche.

 

Si les investissements sont nombreux pour les infrastructures, ils le sont autant pour les voitures. L’acquisition de locomotives bimodes neuves est nécessaire ainsi que des voitures multiniveaux.

 

L’état d’avancement

La direction de l’AMT révèle que l’insertion du train au centre de l’autoroute 640 est complétée, tout comme l’aménagement de la passerelle de l’autoroute 40 et du pont ferroviaire dans le parc nature de la Pointe-aux- Prairies. Sur le plan des bâtiments, la première phase du chantier de la nouvelle gare de Terrebonne est également terminée.

 

Toutefois, d’autres gares sont entrées en chantier au cours des derniers mois. « Actuellement, nous avons réalisé environ 90 % des travaux à la gare Anjou et 65 % pour celle de Saint-Léonard-Montréal-Nord. Les gares de Repentigny et Sauvé sont réalisées à environ à 50 % alors que celle de Mascouche, qui comporte aussi le garage, vient de débuter », dit Claudia Martin.

 

En 2013, l’AMT entend procéder au lancement de la seconde phase des travaux de construction pour la gare de Terrebonne. Un appel d’offres est à venir du côté de la gare de Pointe-aux-Trembles et de Saint- Michel–Montréal-Nord. L’Agence étudie présentement les propositions pour la nouvelle gare de Rivière-des-Prairies.

 

Ailleurs sur le réseau, des investissements 80,7 millions sont prévus, cette année, pour la construction du centre d’entretien et du garage à Lachine et pour celui de Pointe-Saint-Charles.

 

Le premier comptera 13 rames, un atelier d’inspection, un atelier de réparation et un lave-train automatisé. « Les installations seront à la fine pointe de l’industrie et comporteront un pont roulant, une table de découplage de 100 tonnes, des systèmes d’inspection automatisés, un lavage pression vapeur », décrit le plan triennal d’immobilisations de l’AMT.

 

Claudia Martin considère que ce projet prendra une place importante au sein de l’agence durant les prochains mois. « La construction est bel et bien débutée, précise- t-elle. Il s’agit d’un projet clés en main tel que conclu avec notre sous-traitant, qui est SNC-Lavalin. Ce dernier est responsable de lancer les appels d’offres pour le projet. Les travaux ont débuté principalement sur le terrain et vont progresser au cours des prochains mois. »

 

En ce qui concerne le centre d’entretien de Pointe-Saint-Charles, les études d’avant projet sont maintenant terminées. Certains travaux préparatoires ont été amorcés au printemps 2011 et le centre d’entretien devrait être opérationnel en 2016, prévoit-on. Le projet attend l’approbation du Conseil des ministres.

 

STM

Du côté de la STM, Luc Tremblay, directeur exécutif au service des finances et au contrôle, signale qu’un montant de 182 millions est destiné à l’acquisition des nouvelles voitures de métro qui remplaceront les véhicules actuels. « Depuis l’octroi du contrat au Consortium Bombardier-Alstom, en octobre 2010, plus de 350 rencontres ont eu lieu. Les premières voitures devraient être livrées au cours de l’année 2014 », indique-t-il.

 

En plus de l’acquisition de nouvelles voitures, la STM poursuit la rénovation des infrastructures du métro. - Image de STM

 

Toutefois, des travaux majeurs sont prévus à l’intérieur du programme de rénovation des infrastructures visant les équipements fixes, comme les escaliers mécaniques, la ventilation et les ascenseurs. « Nous sommes rendus à la troisième phase de ce programme qui se déploie dans toutes les stations du métro, dit-il. Ce sont 167 millions de dollars qui seront investis dans ces projets cette année et plusieurs appels d’offres seront lancés. »

 

Le projet du centre de transport Stinson, avec 112 millions en 2013, ne passera pas inaperçu dans le secteur de la construction à Montréal. Le bâtiment de 38 400 mètres carrés pourra abriter 300 autobus. C’est l’entrepreneur Pomerleau qui a obtenu le contrat pour la construction de cet édifice qui briguera la certification LEED-NC, niveau Or, et qui devrait être complété en 2014. « Les phases d’acquisition et de décontamination sont terminées, souligne Luc Tremblay. On entre vraiment dans la construction, c’est un projet important qui se concrétise cette année. »

 

Pour sa part, la réfection de la station Berri- UQAM, la plus achalandée du réseau, nécessitera un investissement de 13 millions en 2013 à l’intérieur de sa cure de rajeunissement. Luc Tremblay précise : « Il y a des murs porteurs qui ont été défaits. Nous procédons au retrait et à la stabilisation de la majorité des murs de blocs et des différents parements architecturaux, ainsi que de certains plafonds. »

 

Du côté des systèmes informatiques, un montant de 60,6 millions est voué, en 2013, au programme IBUS qui vise à améliorer l’efficacité du service de transport en temps réel. « On vient de mettre en place le bureau de projet, indique le directeur exécutif de la STM. C’est la firme INIT qui a obtenu le contrat. On est dans la phase de préparation. »

 

Enfin, en ce qui concerne la flotte d’autobus, le projet le plus visible cette année sera l’arrivée de MidiBus, un nouveau véhicule de 30 pieds entièrement électrique. « Un premier sera mis en service à la fin de 2013 et six autres seront ajoutés l’an prochain dans le secteur du Vieux-Montréal.

 

Un appel d’offres est en préparation pour l’acquisition de nouveaux véhicules hybrides d’ici 2017. Un montant de 8,7 millions est prévu pour ce projet cette année.

 

 


Cet article est tiré du Supplément thématique – Projets 2013. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.