Qui doit assurer la sécurité de l’employé d’un sous-traitant?

6 juillet 2018
Qui doit assurer la sécurité de l’employé d’un sous-traitant?

Selon la loi, chaque employeur doit s’assurer que ses propres travailleurs sont en sécurité. Par contre, la jurisprudence[1] indique que l’employeur qui a le contrôle sur le lieu de travail doit également assurer la sécurité de tous les travailleurs présents sur le chantier ou dans l’établissement.

Dans le cas d’un travailleur qui appartient à un employeur sous-traitant, la responsabilité est partagée. Par exemple, les méthodes de travail utilisées par le travailleur seront généralement sous le contrôle de son employeur. Par contre, l’aménagement des lieux de travail ou l’état d’un chantier relève de l’employeur « maître d’œuvre », c’est-à-dire, celui qui engage l’entreprise sous-traitante.

 

Cette tendance, mise de l’avant par les tribunaux, met encore plus en évidence l’importance de procéder à une séance d’accueil santé et sécurité de vos entrepreneurs sous-traitants. Cette rencontre vous permettra d’expliquer les règles de sécurité applicables chez vous. De plus, il est important de surveiller l’exécution des travaux faits par ces ouvriers. Lorsque des dérogations sont observées, il est conseillé de donner des avis de non-conformité aux travailleurs fautifs ainsi qu’à l’entrepreneur concerné. 

 

Selon les tribunaux[2], le maître d’œuvre doit agir positivement afin de s’assurer que les mesures de sécurité seront appliquées. Il devra :

  1. Détenir un programme de sécurité (programme de prévention).
  2. S’assurer que les sous-traitants assistent aux réunions de sécurité sur le chantier, le cas échéant, et qu’ils sont au courant des mesures de sécurité que chacun doit respecter.
  3. Rencontrer la personne responsable, chez le sous-traitant, afin de faire comprendre l’importance des mesures de sécurité et les conséquences du non-respect de celles-ci.
  4. Vérifier que l’équipement de sécurité est disponible sur les lieux de travail.
  5. Vérifier que ces équipements sont effectivement utilisés.
  6. Faire surveiller les employés ou effectuer régulièrement des visites de contrôle sur le chantier.
  7. Faire des rappels quant à l’application des règles de sécurité et en cas du non-respect de celles-ci ou des directives émises, imposer des sanctions appropriées.

 

Si vous avez besoin d’assistance quant à la mise en place d’un système d’accueil pour vos sous-traitants, nous vous invitons à communiquer avec un de nos conseillers en santé et sécurité du travail au 450 436-1919, poste 60.

 

[1[ CSST c. Sobeys Québec Inc., 2010 QCCQ 11989, confirmée par Sobeys Québec Inc. c. CSST, 2011 QCCS 3513

[2] CSST c. Les entreprises C.R. Guay inc. T.T., CanLII 11844

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

GESTESS accompagne les employeurs à se positionner en tant que leader en matière de santé et sécurité du travail grâce à des solutions concrètes qui répondent aux besoins spécifiques des employeurs.

GESTESS

Derniers commentaires

L’image de votre entreprise est-elle rentable?
La passion et la rigueur pour les femmes chez Pomerleau
Petits ou gros chantiers, les responsabilités demeurent les mê...
Korine Hazan : une artiste aux multiples passions
La réussite en affaires, conjuguée au féminin
Le beau temps s’en vient… Attention aux coups de chaleur !
Le parcours d'une jeune femme qui n'a pas froid aux...
Que faire lorsque le donneur d’ouvrage annule le premier appel d...

Nos publications

Nos publications