Des formations pour de meilleures excavations

12 juin 2015
Par Luc-Etienne Rouillard Lafond
Des formations pour de meilleures excavations

Au Québec, les infrastructures souterraines subissent plus de cinq bris comptabilisé par jour. Comme aucune municipalité ne les documente, ces bris sont probablement encore plus fréquents. 

Pour freiner ce phénomène, l'organisme à but non lucratif Info-Excavation offre des formations gratuites à travers la province.

 

« Nous offrons une compréhension globale sur la façon de travailler près d'infrastructures souterraines, explique la directrice générale de l'organisme, Nathalie Moreau. Ça part de la planification des travaux, le marquage sur le terrain, l'importance de la cartographie à jour, jusqu'à l'exécution.»

 

Deux programmes de formations distincts sont ainsi offerts. Pour les ingénieurs, le programme est axé sur la planification et la préparation d'un projet. Sur le plan de l'exécution, l'organisme offre également une formation pour les travailleurs et les gestionnaires gérant les équipes sur le terrain. Cette dernière s'adresse aux entreprises, aux entrepreneurs, aux excavateurs et aux municipalités.

 

« Nous couvrons le guide des pratiques d’excellence en prévention des dommages, explique la directrice générale. Nous expliquons comment faire une demande de localisation sur le web. Nous faisons vraiment une démonstration, comment faire le croquis, pour simplifier le tout.»

 

La démarche d'Info-Excavation s'inscrit dans un souci de prévention et de sensibilisation auprès de tous les intervenants d'un chantier. « C'est facile de taper sur la tête de l'entrepreneur, mais en bout de ligne, il faut regarder en amont, avance Nathalie Moreau. Le donneur d'ouvrage et l'ingénieur qui planifie le projet ont un grand rôle à jouer sur ce qu'il demande à l'entrepreneur, sur ce qu'il lui donne comme information. Si tout ça se faisait dans les règles de l'art, les probabilités de bris diminueraient beaucoup. »

 

Si ces formations sont organisées à Montréal, Gatineau, Boucherville, Saint-Jérôme, Rimouski, Québec et Trois-Rivières, il est également possible de faire appel à Info-Excavation de manière impromptue. « Pour un entrepreneur, un propriétaire d'infrastructures ou une municipalité qui souhaite avoir plus d'information sur nos services, un représentant se déplace pour donner une formation spontanée ou répondre à n'importe quelle question », explique-t-elle.

 

Les conséquences des bris d'infrastructures dépasse la limite des clôtures des chantiers, soutient Nathalie Moreau, mais affecte également la société : « Chaque fois que survient un bris, il y a un arrêt de chantier. Il y a naturellement une réparation qui doit se faire en bonne et due forme avant de repartir le chantier. La majorité du temps, c'est dans l'espace public, alors la circulation est bloquée. Lorsqu'il y a bris de conduites de gaz naturel ou d'électricité, les services d'urgence sont aussi déployés. »

 

Afin d'éviter ces pertes inutiles en temps et en argent, mais aussi pour assurer la sécurité des travailleurs, Info-Excavation parcours la province pour  former l'industrie de la construction : « Le but principal, c'est la sensibilisation, la formation et la communication pour s'assurer que nous avons le moins de bris possible au Québec, explique Nathalie Moreau. Et surtout, aucun accident. » 

Ressources humaines et affaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Nos publications

Nos publications