D’importantes fermetures survenues au coeur de l’échangeur Turcot

13 novembre 2018
Par Jean Garon
D’importantes fermetures survenues au coeur de l’échangeur Turcot

Le chantier de l’échangeur Turcot a atteint une phase majeure de travaux : le démantèlement d’une grande partie des anciennes infrastructures. Celle-ci a été marquée par d’importantes fermetures, dont celles du 9 au 13 novembre 2018 touchant l’autoroute 15 en direction nord et l’autoroute 20 en direction est et ouest.

 

Les automobilistes montréalais se souviendront longtemps de ce week-end du jour du Souvenir pour les difficultés vécues en circulation routière à cause de la fermeture de l’échangeur Turcot. Toutefois, c’est un mal nécessaire afin de pouvoir poursuivre les travaux de reconstruction du nouvel échangeur et de débarrasser le paysage montréalais des anciennes infrastructures désuètes.

 

Le ministère des Transports du Québec a tout de même prévu des mesures d’atténuation qui obligeront les usagers du réseau routier à modifi er leurs habitudes pour éviter des bouchons monstres pouvant s’étirer sur plus de huit kilomètres. Le Ministère craingnait même des débordements au-delà de l’autoroute 13 ainsi que des impacts majeurs sur l’autoroute Métropolitaine, et jusque dans le secteur Jacques-Cartier. Il a donc proposé aux usagers du Grand Montréal d’opter pour d’autres solutions, comme l’utilisation des stationnements incitatifs et des transports en commun, le covoiturage et même le télétravail.

 

Des travaux complexes protégés

La coentreprise KPH Turcot, responsable du chantier, a réalisé durant ces quatre jours des travaux de démantèlement d’un tronçon de la structure de l’autoroute 15 Nord sur une distance de 100 mètres et à une hauteur de 25 mètres. Selon Olivier Beaulieu, directeur adjoint du projet chez KPH Turcot, ce sont des travaux parmi les plus complexes du chantier, non seulement au plan technique, mais aussi au plan sécurité. Étant donné que le corridor des trains du CN situé au-dessous de l’infrastructure doit demeurer en exploitation durant les travaux, KPH a dû préalablement installer un pont de protection et effectuer des travaux de stabilisation au bas des piliers existants.

 

« Un autre élément vient complexifier ces travaux, ajoute-t-il, c’est la présence de la structure de l’autoroute 20 Ouest à cet endroit, une structure neuve mise en fonction l’an dernier, qui doit également être protégée. On doit installer un déflecteur pare-pierre pour assurer que les débris de la vieille structure ne viennent pas endommager la nouvelle, laquelle pourra demeurer en fonction. »

 

Chantier du projet Trucot - Photo de Jean Garon

 

Intensification des travaux

La réalisation critique de ces travaux n’est cependant que le prélude à une activité de démantèlement intense à venir au cours de la prochaine année. Lors d’une récente visite du chantier, le porte-parole de KPH Turcot a expliqué que des travaux de démolition seront entrepris à compter de l’hiver 2019 touchant plus de 50 % des anciennes infrastructures. Cela entraînera nécessairement d’autres fermetures pour protéger les infrastructures neuves et les usagers des différentes bretelles de l’échangeur.

 

Tout compte fait, l’entreprise prévoit avoir complété 97 % des travaux de démantèlement d’ici le début de juin prochain. En tout, l’ancien échangeur représente environ 300 000 mètres cubes de béton à mâchurer et concasser. Plus de 95 % de ces débris seront récupérés pour être réutilisés dans les fondations de chaussées. Il ne restera plus alors qu’une petite partie à démolir dans la partie sud de l’échangeur.

 

Phasage et séquençage des travaux

Ce phasage des travaux est inévitable dans un projet de cette ampleur et de cette complexité réalisé en mode conception construction. Jusqu’à présent, KPH Turcot a réussi tous ses changements de phases, malgré les imprévus comme la grève des grutiers de l’été dernier et celle auparavant des ingénieurs du ministère des Transports. Comme son objectif demeure la livraison complète de l’ouvrage à la fin de l’automne 2020, l’entreprise a dû composer avec la situation pour éviter les pénalités inscrites au contrat. Elle a donc dû ajouter des équipes de travailleurs de jour et un quart de nuit, travailler en surtemps les fi ns de semaine et modifier le séquençage des travaux.

 

« À titre d’exemple, il y a eu onze changements de phases sur Décarie cette année, mentionne le porte-parole Olivier Beaulieu. On a réussi à respecter nos échéances chaque fois. » Il ajoute du même souffle que deux gros changements de phases sont prévus en novembre et d’autres à venir toutes les fi ns de semaine de décembre 2018. « En novembre, précise-t-il, on va ouvrir deux voies de l’autoroute 15 en direction nord, mais il restera quelques travaux de finition à faire pour compléter la structure et le pavage. La structure ancienne sera progressivement démolie pour transférer la circulation sur les nouvelles voies de l’autoroute 15 en direction sud, lesquelles seront ouvertes dans leur configuration finale en décembre.

 

Actuellement, le projet de l’échangeur est complété à 73 % et KPH Turcot prévoit avoir complété 75 % des travaux à la fi n de la présente année. Le projet avance à bon train puisque le ministère des Transports confirmait la réalisation de 68 % des travaux au 31 août dernier. Selon l’échéancier initial, ce projet de 3,7 milliards de dollars mis en chantier en 2015 doit être complété pour l’automne 2020.

 

Cet article est paru dans l’édition du 1er novembre 2018 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous.

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.