LEED v4 : Toujours plus vert

20 décembre 2016
Par Léa Méthé Myrand
La maison Edelweiss

On a souvent reproché au système de certification LEED de ne pas aller assez loin. La version LEED v4, qui s’applique à tous les projets inscrits depuis le 31 octobre 2016, fournira l’occasion aux donneurs d’ouvrage et concepteurs de démontrer la profondeur de leur engagement environnemental.

Depuis son lancement par le Conseil du bâtiment durable des États-Unis (USGBC) en 2000, LEED a pour objectif de promouvoir les pratiques d’excellence en construction écologique.

 

Structuré autour d’un système de pointage, LEED exige la mise en oeuvre de certaines conditions minimales, les « préalables ». On invite ensuite les concepteurs à introduire dans leurs immeubles diverses mesures écologiques pour cumuler des crédits dans chacune des six catégories, afin d’atteindre l’un des différents niveaux de certification : Certifié, Argent, Or ou Platine.

 

Sur le plan écologique, la faiblesse principale de la formule est qu’elle permettait jusqu’ici d’obtenir la certification en faisant la collection des points « faciles », dont l’impact positif est souvent négligeable. Certains ont ainsi pu obtenir l’avantage marketing d’une certification, tout en faisant l’économie des mesures les plus cruciales, comme l’amélioration des performances énergétiques. On pouvait par exemple obtenir un crédit pour la simple installation d’un rangement à vélo… peu importe que la localisation fût accessible ou non aux cyclistes !

 

La publication de la version LEED version 4 (v4), vise à rehausser les seuils de performance et à court-circuiter la recherche de certifications « à rabais ». Elle est le résultat de centaines d’heures de consultation avec les membres de l’industrie et d’environ 22 000 commentaires écrits. Son entrée en vigueur optionnelle, annoncée en 2012, a été retardée de deux ans, notamment pour arbitrer les conflits et polémiques soulevés par la nouvelle approche pour l’obtention des crédits « matériaux ».

 

La construction de la maison Edelweiss s’est faite en privilégiant l’emploi de matériaux locaux et recyclés. Les plafonds sont composés de bois de drave centenaire récupéré au fond de la rivière des Outaouais - Photo de Écohabitation

 

Dans toutes les disciplines du bâtiment et dans le monde entier, l’avènement de LEED v4 causera de la friction. Le secteur québécois de la construction adoptera-t-il avec enthousiasme ce nouveau programme plus rigoureux ? Pour l’heure, seulement deux bâtiments canadiens ont obtenu cette certification, qui est optionnelle depuis 2014. Le 270, rue Albert, à Ottawa, est un bâtiment existant certifié Exploitation et entretien et le second est la maison Edelweiss d’Ecohome, à Wakefield, qui a obtenu le niveau Platine.

 

Approche globale

Selon Joël Courchesne, président de Courchesne et associés, architecte et conseiller en développement durable, le grand gagnant dans l’adoption de LEED v4 c’est l’environnement : « C’est la première version qui nous approche véritablement du développement durable en induisant des synergies entre les spécialités, plutôt qu’une approche par item où les différents systèmes du bâtiment sont déconnectés. »

 

Joël Courchesne, président de Courchesne et associés, architecte et conseiller en développement durable - Photo de René-Claude Senécal

 

Plus cohérente, la version 4 ne permet plus l’obtention de points faciles. Pour reprendre l’exemple cité précédemment, le crédit pour les installations cyclistes n’est désormais accordé que pour les lieux accessibles en vélo. C’est cependant dans la catégorie Matériaux qu’on a poussé la notion de cohérence jusqu’à transformer complètement le cumul des crédits. Alors qu’on pouvait auparavant choisir des matériaux, locaux, recyclés ou sans COV, sans égard à leur impact environnemental global, LEED v4 exige aujourd’hui que les principaux matériaux intégrés au projet aient fait l’objet d’une analyse de cycle de vie (ACV).

 

En fournissant une Déclaration environnementale de produit ou en adhérant à un programme de Responsabilité élargie des producteurs, le fournisseur déclare les impacts environnementaux et sociaux qu’occasionne son produit, depuis l’extraction de la matière première jusqu’à la fin de vie utile, en passant par la transformation, la mise en marché et l’utilisation. On s’assure ainsi que la production d’un matériau non toxique ne repose pas sur la destruction d’écosystèmes fragiles ou du travail effectué dans des conditions d’esclavage.

 

En exigeant la transparence des fournisseurs de matériaux, LEED offre un avantage marketing indéniable aux entreprises qui n’ont rien à se reprocher. La certification incite également celles dont les pratiques sont dommageables à modifier leurs façons de faire, sous peine de perdre la faveur des acheteurs.

 

La conception intégrée mise en avant

Sur le plan énergétique, LEED v4 exige d’atteindre le standard de référence ASHRAE 90.1-2010. « Ça va être un gros défi pour les firmes de génie mécanique ordinaires qui font du LEED 2009 en allant chercher 3 ou 4 points sur les 19 possibles », d’après Joël Courchesne, qui estime que ce rehaussement des exigences de 20 % forcera à travailler en conception intégrée pour combiner les éléments mécaniques avec une enveloppe performante.

 

« ASHRAE recommande un maximum de 40 % de fenestration pour atteindre le standard, dit-il. Sur le plan architectural ça peut être intéressant, mais ça implique de renoncer aux vues mur à mur. »

 

LEED v4 constitue donc un test des intentions et des capacités des donneurs d’ouvrage à mettre en oeuvre des bâtiments véritablement performants. « La question à se poser, c’est : suis-je prêt à investir à long terme ? Il faut arrêter les budgets coupe-gorge et le choix du plus bas soumissionnaire, affirme Joël Courchesne. D’ici là, il va y avoir des choix difficiles à faire : si la Ville de Montréal désire conserver son engagement à atteindre le niveau Or dans LEED v4, par exemple, il faudra y mettre le budget. »

 

Adieu LEED Canada

Désireux de consolider les activités liées à LEED sous la bannière américaine, le USGBC (U.S. Green Building Council) gérera dorénavant toutes les applications en vue de la certification. Le nouvel arrangement permet aux Canadiens d’avoir accès aux 21 versions de LEED v4, qui comportent des variations pour les bâtiments de différents types et fonctions.

 

Des « voies de conformité alternatives » ont par ailleurs été aménagées lorsque des standards et normes canadiennes permettent d’atteindre les objectifs de v4, à l’aide de références plus familières aux concepteurs d’ici. Quant aux crédits de priorité régionale, liés aux enjeux environnementaux spécifiques à une région, ils ont été révisés en fonction des zones bioclimatiques, plutôt que des frontières des provinces.

 

La construction de la maison Edelweiss s’est faite en privilégiant l’emploi de matériaux locaux et recyclés. Les plafonds sont composés de bois de drave centenaire récupéré au fond de la rivière des Outaouais - Photo de Écohabitation

 

L’abolition de la version canadienne signifie aussi, malheureusement, l’abolition de la version française des documents, dont une partie seulement sera traduite par le Conseil du bâtiment durable du Canada et la Section du Québec.

 

Cependant, pour ceux qui maîtrisent l’anglais, le compromis est intéressant. La documentation de référence est plus complète : on trouve pour chaque type de projet une bible qui explique de manière exhaustive la raison d’être des crédits, la procédure d’obtention de chacun et la démonstration de conformité aux critères du USGBC.

 

LEED v4 est aussi une bénédiction sur le plan du suivi de la documentation puisque tous les documents relatifs à un projet sont hébergés sur le serveur du USGBC. Ce nouveau développement révolutionne un des aspects les plus frustrants et coûteux du processus de certification LEED.

 

« C’est LEEDOnline qui va faire la différence (dans l’adoption de LEED v4, NDLR), se réjouit Joël Courchesne. Lorsqu’on procède en conception intégrée, il n’y a plus de dédoublement dans le travail de documentation. » L’architecte peut maintenant répartir les crédits entre les professionnels et leur donner les accès informatiques afin qu’ils remplissent eux-mêmes la documentation relative à leur spécialité. Fini la multiplication des chiffriers Excel et les interminables chaînes de courriels, le rôle même de coordonnateur LEED s’en trouve menacé !

 

Bien sûr, la transition vers v4 inflige à tous ceux concernés les irritants inhérents aux changements de procédures. Le USGBC compense toutefois cet inconvénient en introduisant des façons de faire simplifiées, une documentation de référence exhaustive et, surtout, le gage de performances environnementales exemplaires pour tous les bâtiments certifiés. LEED Canada 2009 est mort. Vive LEED v4 !

Pratiques et innovations

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Nos publications

Nos publications