Cannabis sur les chantiers : une question préoccupante!

19 février 2019
Par Marie-Josée Lanciault
Cannabis sur les chantiers : une question préoccupante!

Le 21 janvier dernier, les Elles de la construction organisaient un atelier de formation portant sur le thème « Cannabis sur les chantiers : employeurs préoccupés ».

La rencontre a eu lieu chez Miller Thomson, cabinet d’avocats national, où deux avocates faisant partie de l’équipe ont abordé différents points relatifs à la consommation de cannabis en milieu de travail et, en particulier, sur les chantiers de construction. Les deux conférencières, Me Claudia Desjardins Bélisle et Me Daphnée Beauchamp, qui ont développé une expertise à ce sujet, ont pu répondre aux interrogations des participants.

 

La consommation de cannabis à des fins récréatives est légale au Canada depuis le 17 octobre 2018. Le gouvernement fédéral a voté une loi encadrant la production, la distribution, la vente et la possession du cannabis, tandis qu’au Québec, la loi encadrant le cannabis établit les mesures légales qui soutiendront l’atteinte des objectifs de santé et de sécurité publique.

 

Depuis l’entrée en vigueur de la loi, beaucoup d’entrepreneurs s’inquiètent de l’impact du cannabis sur la santé et la sécurité de leurs employés sur leurs chantiers et se questionnent sur leurs responsabilités en tant qu’employeur. Cette préoccupation n’est pas sans fondement, puisque comme l’ont rappelé nos conférencières, au regard de la loi, il incombe à l’employeur de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et la sécurité de ses employés. De leur côté, les employés ont néanmoins l’obligation de respecter les règles et les politiques adoptées par l’employeur, en vue notamment de protéger la santé et la sécurité en milieu de travail.

 

Ainsi, au même titre que pour l’alcool et les autres substances contrôlées, l’employeur pourra, dans l’exercice de son droit de gérance et sous réserve de son devoir d’accommodement, encadrer ou interdire l’usage du cannabis sur les lieux de travail ou encore le fait de se présenter au travail sous l’influence du cannabis.

 

Au cours de leur présentation, Me Desjardins Bélisle et Me Beauchamp ont notamment abordé les questions suivantes :

  • Le cadre légal entourant le cannabis et son interdiction en milieu de travail;
  • La consommation de cannabis à des fins médicales ou les situations de dépendance pouvant déclencher l’obligation d’accommodement d’un employeur;
  • La consommation de cannabis à des fins récréatives et les politiques de tolérance zéro;
  • L’encadrement juridique des tests de dépistage ciblés pré-embauche ou en cours d’emploi ainsi que des tests aléatoires en milieu syndiqué;
  • Les principaux tests non intrusifs ou tests par prélèvement disponibles et leurs limites;
  • Les bonnes pratiques en matière de responsabilisation et de formation des employés et gestionnaires;
  • Les mesures administratives et disciplinaires appropriées selon les circonstances;
  • L’importance d’adopter ou de mettre à jour ses politiques internes en matière de drogues et d’alcool.

 

Pour plus de détails ou de conseils pratiques sur ces questions, nous vous invitons à contacter Me Desjardins Bélisle ou Me Daphnée Beauchamp ou à consulter l’article qu’elles ont rédigé sur le sujet et qui est disponible au lien suivant : https://www.millerthomson.com/fr/blogues/blogue-du-secteur-du-droit-du-t...

 

Me Claudia Desjardins Bélisle, associée chez Miller Thomson, se spécialise en droit de l’emploi. Elle représente régulièrement des employeurs dans le cadre de processus d’accréditation, de négociation de conventions collectives et de préparation d’avis juridiques. Elle représente également ses clients devant les tribunaux et les assiste dans la négociation de règlements à l’amiable.

 

Me Daphnée Beauchamp, avocate chez Miller Thomson, est également spécialisée en droit de l’emploi. Elle conseille ses clients relativement à un large éventail de questions liées aux relations de travail, à l’embauche et au congédiement, aux licenciements individuels et collectifs, aux mesures disciplinaires, à la gestion du rendement, aux enquêtes en milieu de travail, aux clauses de non-sollicitation, de non-concurrence et de confidentialité, de même qu’aux droits de la personne et de la vie privée.

 

Merci à Mes Claudia Desjardins Bélisle et Daphnée Beauchamp de nous avoir permis d’en connaître davantage sur la question.

 

cdesjardinsbelisle@millerthomson.com

dbeauchamp@millerthomson.com

www.millerthomson.com

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage. À noter: les erreurs de type majuscule/minuscule sont ignorées.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Fondée en 2010, Les Elles de la construction est un organisme sans but lucratif dont la mission est de promouvoir la place des femmes dans le secteur de la construction, et ce, à différents niveaux : entrepreneures, chargées de projet, femmes de métier, professionnelles et étudiantes.

Les Elles de la construction

Derniers commentaires

Le passage de Stéphanie Lévesque du chantier aux médias
L’image de votre entreprise est-elle rentable?
L’image de votre entreprise est-elle rentable?
La passion et la rigueur pour les femmes chez Pomerleau
Petits ou gros chantiers, les responsabilités demeurent les mê...
Korine Hazan : une artiste aux multiples passions
La réussite en affaires, conjuguée au féminin
Le beau temps s’en vient… Attention aux coups de chaleur !